JLE

Médecine thérapeutique Cardiologie

MENU

Angiogenèse et cellules‐souches : de la théorie à la pratique Volume 2, issue 3, mai-juin 2004

Authors
EA 2693, Université de Lille II Institut d’hématologie biologique et d’hémobiologie‐transfusion, CHRU Lille Clinique de cardiologie et maladies vasculaires, CHRU Lille Clinique de chirurgie cardiovasculaire, CHRU de Lille

L’angiogenèse thérapeutique a pour but de favoriser le développement de nouveaux vaisseaux capillaires et éventuellement artériolaires collatéraux. L’identification de cellules‐souches capables de donner naissance à des cellules endothéliales, voire musculaires lisses, a fait naître l’espoir que des cellules progénitrices vasculaires puissent être injectées ou attirées dans la zone à revasculariser et y favoriser le développement de nouveaux vaisseaux. Ces cellules progénitrices ont été identifiées dans le sang de cordon ombilical et, chez l’adulte, dans le sang circulant et dans la moelle osseuse. Des données expérimentales ont montré qu’une sous‐population de cellules hématopoïétiques de la moelle osseuse pouvait se différencier en cellules endothéliales, in vitro et in vivo. Ces constatations ont ouvert la voie d’essais thérapeutiques préliminaires, d’abord chez l’animal et plus récemment chez l’homme. Ces essais ont été réalisés surtout dans l’infarctus du myocarde, avec des cellules médullaires autologues. Un seul essai clinique (incluant 47 patients en tout) a été publié dans l’ischémie critique des membres inférieurs. Ces études n’ont pas entraîné d’événements indésirables. De nombreux points d’interrogation doivent être levés avant d’envisager des essais prospectifs randomisés à grand échelle.