JLE

Médecine

MENU

Un sujet jusqu'alors peu étudié, l'hypercholestérolémie après 75 ans Volume 2, issue 2, Février 2006

Author
  • Page(s) : 56
  • Published in: 2006

L'hypercholestérolémie est un facteur de risque majeur de pathologie cardiovasculaire chez les sujets de moins de 65 ans, l'augmentation du cholestérol total étant directement liée à la mortalité toutes causes confondues à cet âge. Mais au cours du vieillissement, les associations de facteurs de risque perdent de leur puissance et le rôle de l'hypercholestérolémie est controversé chez le sujet de plus de 75 ans. Son influence sur la mortalité de la population âgée a fait l'objet d'études aux résultats divergents. Plusieurs questions se posent : le cholestérol total (et ses fractions lipidiques) reste-t-il corrélé à un risque vasculaire accru ? Un traitement hypolipémiant doit-il être poursuivi, voire prescrit, et de quelle façon, chez le sujet âgé afin d'avoir le meilleur rapport bénéfice/risque ?

Il est sûr que si le cholestérol total diminue à partir de l'âge de 70 ans, phénomène qui pourrait être lié à une altération de la composition de certaines de ses fractions lipidiques, les quartiles inférieurs de cholestérol total (ainsi que ceux d'albuminémie ou d'insulinémie) seraient associés à une surmortalité globale chez le sujet de plus de 75 ans. À cet âge, un taux de cholestérol total inférieur à 189 mg/dL doit être un signe d'alarme de pathologies occultes ou de déclin fonctionnel rapide. C'est le taux de HDL qu'il faut surtout considérer car il serait inversement associé à une surmortalité par pathologie coronarienne et accident vasculaire cérébral. En outre, des taux de HDL inférieurs à 36 mg/dL et de LDL inférieurs à 106 mg/dL seraient associés à une augmentation du risque de mortalité infectieuse. Un taux
de HDL cholestérol élevé supérieur
à 35 mg/dL serait protecteur face au risque d'accident vasculaire cérébral ischémique chez les patients de moins de 70 ans.

Concernant la prévention des pathologies cardiovasculaires chez le sujet âgé par les statines, il n'existe pas d'étude en prévention primaire spécifique pour les sujets de plus de 65 ans. Il y a en revanche deux études sur la prévention secondaire montrant dans le sous-groupe des plus de 75 ans une efficacité sur la mortalité toutes causes confondues et la mortalité cardiovasculaire, avec une réduction variable des événements cardiovasculaires quel que soit le taux de cholestérol total. Finalement, l'Agence française de sécurité sanitaire conseille l'utilisation des statines en prévention secondaire jusqu'à 80 ans. L'avenir appartient sans doute aux molécules susceptibles d'agir sur le HDL-cholestérol en augmentant son taux sanguin.


Traissac T, et al. Quelle signification pour le taux de cholestérol après 75 ans ? Presse Méd. 2005;34:1525-32.