JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Is there a place for the physical activity in the prevention of the fractures of chronic kidney disease patients? Volume 8, issue 4, Juillet 2012

Authors

Les fractures non traumatiques sont plus fréquentes dans la population des patients insuffisants rénaux et bien mises en évidence au stade de la dialyse. Si l’ostéoporose joue un rôle majeur dans la population générale, au cours de l’insuffisance rénale les autres facteurs concourant à l’ostéodystrophie rénale ainsi que les atteintes neurologique et musculaire aggravent probablement le risque. La diminution de l’activité physique est un facteur favorisant de la perte de masse osseuse et la mise en place de programme de réadaptation améliore le pronostic. Curieusement, alors que l’insuffisance rénale est associée à une plus grande sédentarité, la relation entre inactivité physique et os chez le dialysé a été très peu étudiée ainsi que l’effet de programmes d’augmentation de l’activité.

The risk of non-traumatic fractures is greatly increased in kidney disease patients and well demonstrated in dialysis patients. If osteoporosis plays a major role in the general population, in chronic kidney disease renal osteodystrophy is associated with neurological and muscular disorders, which probably worsen the risk. The decrease in physical activity is a factor contributing to the loss of bone mass and the initiation of a rehabilitation program improves the prognosis. Despite the association between chronic renal disease and sedentary lifestyle, the relationship between physical inactivity and bones in dialysis patients and the effect of increased activity programs, are not well documented in the literature.