JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Renal toxicity of anticancer drugs Volume 17, issue 7, Décembre 2021

Figures


  • Fig. 1

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4
Authors

La tolérance rénale des anticancéreux est un problème lié à la fois à la toxicité intrinsèque de certaines chimiothérapies anticancéreuses et au terrain représenté par le patient cancéreux lui-même. Le patient atteint de cancer est, en effet, exposé à tous les types d’atteinte rénale (obstructive, fonctionnelle, organique secondaire aux traitements, à la radiothérapie, à une glomérulopathie paranéoplasique, à une microangiopathie thrombotique, etc.). L’indice thérapeutique des anticancéreux est souvent faible et les doses prescrites élevées pour obtenir une efficacité optimale sur la cellule cancéreuse. L’amélioration de la tolérance passe par la meilleure adaptation des doses, elle-même conditionnée par l’évaluation correcte de la fonction rénale. La prévention reste indispensable, d’autant que la mortalité associée à l’insuffisance rénale aiguë est très élevée.

The renal toxicity of anticancer drugs is a clinical challenge because of the intrinsic toxicity of some anticancer drugs and because the cancer itself. Indeed, cancer patients are exposed to all types of renal disorders (obstructive, functional, organic because of radiotherapy, paraneoplastic glomerulopathy, thrombotic microangiopathy…). The therapeutic index of anticancer drugs is often narrow and the doses used for optimal efficacy are high. Improving safety requires a better dose adjustment, which depends on the correct evaluation of the renal function. Prevention remains important as the mortality associated with acute renal failure is very high.