JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Outcomes of pediatric renal transplantation in France Volume 7, issue 7, Décembre 2011

Authors

La survie des patients et des greffons en transplantation rénale pédiatrique s’est améliorée au cours des 20 dernières années. La mortalité est faible et principalement liée aux pathologies tumorales, infectieuses ou aux complications de la maladie initiale. La survie des greffons rénaux est de 67 % à 10ans. Les facteurs influençant cette survie sont le type de donneur (avec de meilleurs résultats avec un donneur vivant), l’âge du donneur, l’âge du receveur (avec 2 périodes à risque : les moins de 2ans et l’adolescence), le nombre d’incompatibilités HLA et la récidive éventuelle de la maladie initiale. Le risque de perte du greffon à long terme est lié essentiellement à la néphropathie chronique d’allogreffe (CAN). La mauvaise observance, surtout observée chez les adolescents, peut être responsable de rejets tardifs et de perte du greffon. La néphrotoxicité des anticalcineurines est également en cause dans le développement de la CAN. Les traitements et la place des inhibiteurs de mTOR vont probablement évoluer. Les rôles de ces différents facteurs sont discutés dans cet article.

Significant progress has been observed in pediatric renal transplantation over the last 20 years, leading to an increase in graft and patient survival. Mortality is low and is mainly due to infections, neoplasias and complications related to the initial disease. Graft survival is 67% at 10 years. Factors which influence graft survival are: donor type (results are better with a live donor), donor age, recipient age (with 2 periods at risk:<2 years old and teenagers), HLA incompatibilities, and recurrence of the initial disease. Chronic allograft nephropathy (CAN) is the major cause of late graft loss. Poor compliance, especially in teenagers, may lead to late rejections and graft loss. Calcineurin inhibitors nephrotoxicity is in part responsible for the development of CAN, thus treatments and the role of mTOR inhibitors will probably evolve. These different factors are discussed in this article.