JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Prevalence of anti-HCV antibodies and seroconversion incidence in five haemodialysis units in Morocco Volume 4, issue 2, Avril 2008

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4

  • Tableau 5

  • Tableau 6

  • Tableau 7
Authors

Les hémodialysés sont un groupe à haut risque d’infection par le virus de l’hépatite C (VHC). L’objectif de ce travail était de déterminer la prévalence et l’incidence de l’infection VHC dans cinq centres d’hémodialyse au Maroc. L’étude a été conduite entre septembre 2003 et septembre 2004 et réalisée chez 303 patients dont 148 femmes. L’âge moyen était de 49±16 ans et 64 % des patients étaient dialysés depuis plus de cinq années. La prévalence de l’infection a été déterminée par la réalisation d’une sérologie VHC par un test immunoenzymatique de quatrième génération. Chez les patients anti-VHC négatifs au recrutement, une sérologie VHC aux troisième et sixième mois de suivi, un dosage mensuel des alanines aminotransférases (ALT) ainsi qu’une sérologie anti-VHC en cas d’élévation des ALT ont été effectués. Les facteurs de risque, tels que les antécédents transfusionnels ou chirurgicaux ont été consignés. La séroprévalence VHC était de 68,3 %. Quatre patients (4,60 %) ont séroconverti au cours des six mois de suivi parmi les 85 trouvés négatifs au recrutement, soit une incidence annuelle de 9,41 séroconversions par 100 patients. La séropositivité VHC était fortement associée à l’ancienneté de dialyse (p=0,000) et aux antécédents transfusionnels (p=0,047). Le suivi mensuel des ALT n’a pas révélé de variation significative. En conclusion, la séroprévalence et l’incidence de l’infection VHC dans les centres d’hémodialyse au Maroc sont dramatiquement élevées. L’incidence importante des séroconversions VHC suggère une transmission nosocomiale de ce virus, le traitement par hémodialyse et les antécédents transfusionnels constituent les facteurs de risque majeurs de l’infection.

Dialysis patients are among groups at risk for development of hepatitis C infection (HCV). The aim of the study was to evaluate the prevalence and the incidence of seroconversion for HCV in five haemodialysis units in Morocco. The study was conducted during the period from September 2003 to September 2004. We studied 303 patients (148 females), mean age 49±16 years; dialysis duration was higher than five years in 64% of the cases. The prevalence of HCV infection was evaluated by using a fourth generation enzyme immunoassays. In the seronegative patients, we performed anti-HCV tests at three and six months intervals and monthly testing of alanine aminotransferase (ALT) activity and assessment of anti-HCV tests if the ALT activity was elevated. Moreover, risk factors, such as blood transfusion, surgery and other invasive procedures were recorded. Seroprevalence of HCV was 68.3%. Among 85 patients who were tested negative for anti-HCV at the entry of the study, four (4.60%) seroconverted in six month (estimated incidence: 9.41 new cases per year). HCV seropositivity was associated with longer duration of dialysis (p=0.000), and previous blood transfusions (p=0.047). The follow-up of the ALT in the seronegative patients did not show any significant variation. In conclusion, the prevalence and incidence of HCV infection in haemodialysis units in Morocco are dramatically elevated. High incidence seropositivity suggested nosocomial transmission of HCV; the dialysis processes itself, and blood transfusions are important risk factors for HCV transmission in these patients.