JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Renal biopsy practice: Results of a French study and recommendations Volume 8, issue 3, Juin 2012

Figures


  • Fig. 1

Tables


  • Tableau 1
Authors

Contexte

Bien que des facteurs associés aux complications hémorragiques après biopsie rénale (BR) aient été identifiés, il n’y a pas actuellement de consensus sur la pratique de la BR. Notre groupe de travail, issu de la commission scientifique de la Société de néphrologie, s’est penché sur l’élaboration de recommandations. Dans ce cadre, une enquête a été réalisée, afin de décrire les pratiques en vigueur pour la réalisation des BR chez l’adulte en France.

Méthodes

Tous les membres de Société de néphrologie furent invités à répondre à un questionnaire sur la pratique de la biopsie rénale.

Résultats

Quatre-vingt-huit néphrologues issus de 74 services de néphrologie (27 CHU, 35 hôpitaux généraux et 12 centres privés) participèrent à l’étude. Des biopsies de rein natif étaient réalisées dans 73 services et des biopsies de greffon rénal dans 35 services. Le nombre annuel de biopsies était très variable, de plusieurs centaines à moins de dix par an. L’accès à la BR transjugulaire (BRTJ) était jugé suffisant dans 28/73 services (38,4 %). Des variations notables furent observées, concernant l’information du patient avant BR, l’appréciation du risque hémorragique, la conduite vis-à-vis des patients sous antiagrégants ou présentant des facteurs de risque hémorragique, et les techniques de repérage radiologique. Une surveillance intrahospitalière courte (<12heures) était pratiquée dans trois (4,1 %) services pour les biopsies de rein natif et dans dix (28,6 %) des unités pour les greffons.

Conclusions

Cette étude, la première à décrire la pratique de la BR dans un pays, permet de dresser un « état des lieux ». Pour chacun des points évoqués, des recommandations consensuelles ont été élaborées et sont présentées ici.

Background

Although several risk factors associated with complications after renal biopsy (RB) have been identified, recommendations for RB procedures are still lacking. Our working group, appointed by the scientific commission of the Société de néphrologie in France, aimed to depict the main aspects of the practice of RB in adults in France, before establishing some guidelines.

Methods

Members of the Société de néphrologie in France were asked to participate to a questionnaire survey on RB procedures.

Results

Eighty-eight nephrologists from 74 units (27 in teaching hospitals, 35 in public general hospitals, and 12 in private centers) participated in our study. Native kidney and graft biopsies were performed in 73 and 35 units, respectively. RB activity was highly variable among units, ranging from several hundred to less than ten per year. Transjugular RB was judged to be smoothly accessible in 28 out of 73 units (38.4%). Significant variations in practices were observed regarding patient information before RB, assessment of hemorrhagic risk factors, care of patients with antiplatelet agents and hemorrhagic risk factors, and radiological guidance. Early discharge (<12hours) was the rule in three (4.1%) units for native kidney biopsies and in ten (28.6%) units for graft biopsies.

Conclusions

Our study is the first to provide a representative picture of “everyday” RB practices in a country. Consensual recommendations on all points mentioned are provided here.