JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Estimating glomerular filtration rate in 2012: Which adding value for the CKD-EPI equation? Volume 8, issue 4, Juillet 2012

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3
Authors

Mesurer ou estimer le débit de filtration glomérulaire (DFG) reste l’un des meilleurs moyens d’appréhender la fonction glomérulaire du rein. En 2009, l’équation Chronic Kidney Disease Epidemiology (CKD-EPI) a été proposée en lieu et place de l’équation Modification of Diet in Renal Disease (MDRD) pour estimer le DFG. Cette nouvelle équation fait partie désormais des toutes dernières recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS). Par rapport à MDRD, la formule CKD-EPI est sensée moins sous-estimer le DFG mesuré, principalement dans les valeurs les plus hautes de DFG. Dans cette revue critique de la littérature, nous présenterons et discuterons les performances de cette nouvelle équation. Sur base des articles publiés entre 2009 et 2012, nous en soulignerons les avantages, notamment en terme d’estimation de la prévalence de la maladie rénale chronique (MRC), mais aussi les faiblesses, principalement dans certaines populations spécifiques. En effet, toutes ces équations reposant sur la mesure de la créatinine sérique restent des estimations et le néphrologue doit donc garder son sens critique dans l’interprétation de ces résultats.

Measuring or estimating glomerular filtration rate (GFR) is still considered as the best way to apprehend global renal function. In 2009, the new Chronic Kidney Disease Epidemiology (CKD-EPI) equation has been proposed as a better estimator of GFR than the Modification of Diet in Renal Disease (MDRD) study equation. This new equation is supposed to underestimate GFR to a lesser degree in higher GFR levels. In this review, we will present and deeply discuss the performances of this equation. Based on articles published between 2009 and 2012, this review will underline advantages, notably the better knowledge of chronic kidney disease prevalence, but also limitations of this new equation, especially in some specific populations. We eventually insist on the fact that all these equations are estimations and nephrologists should remain cautious in their interpretation.