JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Return in dialysis after transplantation failure Volume 3, supplement 4, Décembre 2007

Authors

Le nombre de patients retournant en dialyse après transplantation rénale est en augmentation constante. Néanmoins il existe peu de données disponibles concernant la prise en charge spécifique de cette population. Les patients en échec de greffe ont pour particularité d’avoir un suivi néphrologique régulier. Cependant, l’initiation de l’épuration extrarénale intervient souvent tardivement exposant le patient aux complications de l’urémie. Il apparaît comme nécessaire de préparer le retour en dialyse plus en amont et de débuter le traitement de suppléance plus précocement. La possibilité de bénéficier d’une transplantation rénale avant le stade de la dialyse doit être évaluée de façon plus systématique car une proportion importante de patient bénéficie d’une réinscription sur liste d’attente après le retour en dialyse. Il n’existe pas de modalité d’épuration extrarénale préférentielle. La dialyse péritonéale est cependant sous utilisée dans cette population. Les modalités d’arrêt du traitement immunosuppresseur sont mal codifiées et peu documentées dans la littérature bien qu’elles puissent avoir un impact significatif sur le devenir des patients en dialyse. Le maintien du traitement immunosuppresseur après le retour en dialyse pourrait permettre de maintenir la fonction résiduelle du greffon rénale mais est associé à une augmentation du risque infectieux. Des études prospectives et rétrospectives concernant cette population particulière sont clairement nécessaires.

There is an increasing number of patient returning on dialysis after transplantation failure. However, there is a lack of medical publication regarding dialysis after allograft failure. Despite the fact that patients returning on dialysis after transplantation failure have a regular nephrology follow up, un-planned dialysis initiation is frequent so that these patients are exposed to uremic complication. Earlier dialysis initiation is clearly mandatory for patients with allograft failure. A significant proportion of failed transplant patients can be registered on the waiting list for renal transplantation. Therefore, these patients should be evaluated for pre-emptive transplantation. Peritoneal dialysis and haemodialysis are equivalent treatment option for patients returning on dialysis after allograft failure. For no clear reason peritoneal dialysis is underused for failed transplant patients. Whether or not immunosuppressive therapy should be stopped early after dialysis start is still controversial. Further studies regarding failed transplant patients are clearly needed.