JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Magnesium: A supercation misunderstood? Overview and survey of GPs in “Ille-et-Vilaine” Volume 10, issue 1, Février 2014

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2

Tables


  • Tableau 1
Authors

Depuis la commercialisation de la première spécialité pharmaceutique à base de magnésium en 1928, de multiples indications médicales ont été attribuées au magnésium, sans recherches rigoureuses à l’appui, rendant particulièrement confus ce chapitre de la thérapeutique. L’hypomagnésémie vraie, aiguë ou chronique est rare et, pourtant, en pratique, les spécialités orales à base de magnésium sont nombreuses et largement prescrites. Cependant, en France, seules les carences en magnésium avérées, isolées ou associées, sont des indications retenues par la Haute Autorité de santé (HAS) pour une supplémentation en magnésium. Le but de ce travail est de faire le point sur les connaissances actuelles sur le magnésium, puis d’analyser les pratiques de prescription de médecins généralistes. Après accord téléphonique, 100 médecins d’Ille-et-Vilaine ont reçu un e-questionnaire comprenant 27 questions (38 items). Ces questions concernaient les pratiques de prescription du magnésium, les connaissances sur le magnésium, et des données démographiques : 70 % des médecins répondeurs ont affirmé que la prescription de magnésium présentait un intérêt dans leur pratique quotidienne et 96 % qu’ils en prescrivaient, notamment 26 % qui en prescrivent alors qu’ils n’en voient pas l’intérêt. Dans seulement 7 % des cas, il s’agit du renouvellement de la prescription d’un spécialiste, et dans 7 % des cas, d’une demande formulée par le patient. Les généralistes déclarent que leurs connaissances sur le magnésium et sa prescription viennent de l’industrie pharmaceutique. Il existe également un nombre non négligeable de prescriptions poussées par le patient lui-même, sans doute sous l’influence des médias, en particulier des forums Internet.

Since the introduction of the first magnesium pharmaceutical specialty in 1928, multiple medical indications were attributed to magnesium supplementation, despite rigorous scientific researches, leading to a very confuse therapeutic chapter. Real hypomagnesemia, acute or chronic, is rare, however oral magnesium drugs are numerous and widely prescribed. Moreover, in France, only proven magnesium deficiency, isolated or combined, are accepted by the HAS for magnesium supplementation. The purpose of this article is to review current knowledges on magnesium and analyze the prescribing practices of GPs. After telephone agreement, 100 doctors of Ille-et-Vilaine received an e-questionnaire that included 27 questions (38 items). These questions concerned the prescribing practices of magnesium, magnesium knowledge, and demographic data: 70% of responders say that prescribing magnesium shows an interest in their daily practice and 96% of responders that they often prescribe magnesium leading to 26% who prescribe magnesium even if they do not see the point! In only 7% of cases, prescription is the renewal of a specialist, and in 7% of cases, the request comes from the patient. GPs report that their knowledge on magnesium and its treatment indications come from the pharmaceutical industry. There is also a significant number of requirements driven by the patient himself, probably under the influence of the media especially Internet forums.