JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Primary prevention of kidney disease Volume 3, supplement 4, Décembre 2007

Author

Éviter la survenue des maladies rénales, c’est la prévention primaire (à distinguer de la prévention secondaire qui consiste à dépister tôt les maladies rénales et à en ralentir la progression). Les facteurs de risque définissent les cibles de la prévention, corrigeables (comme l’hypertension artérielle, le diabète sucré, les médicaments néphrotoxiques etc.) ou non-corrigeables (comme l’âge, le sexe ou l’ethnie). On connait des exemples de prévention primaire réussie, totalement ou partiellement: les néphropathies (N) par abus d’analgésiques, l’insuffisance rénale aiguë de la grossesse, les glomérulonéphrites aiguës post-infectieuses, la N due au VIH, la N amyloïde de la FMF etc… La prévention primaire peut enfin être à l’origine de dilemme; par exemple éviter la toxicité rénale du lithium ou se priver d’un thymo-régulateur précieux dans la maladie bipolaire ?.

Primary prevention consists in avoiding initiation of kidney disease (to be differentiated from secondary prevention consisting in detecting early chronic kidney disease (CKD) and in slowing its progression). Prospective studies have identified risk factors for CKD, some of which can be corrected (hypertension, diabetes mellitus, nephrotoxins etc.). There are examples of successful primary prevention: e.g. analgesic nephropathy, acute post-infectious glomerulonephritis, HIV nephropathy, amyloid nephropathy in FMF etc. Primary prevention may raise dilemmas: e.g. to prevent lithium nephrotoxicity or to exclude lithium as a « quintessential » mood stabiliser in bipolar disorder ?.