JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Acute renal failure requiring haemodialysis in obstetrics Volume 7, issue 3, Juin 2011

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2
Authors

L’insuffisance rénale aiguë hémodialysée (IRAH) au cours de la grossesse et dans le post-partum est une complication exceptionnelle dans les pays développés, mais reste fréquente dans ceux en voie de développement. Le but de ce travail était d’étudier l’épidémiologie, l’aspect clinique et étiologique ainsi que le devenir des patientes ayant une IRAH. Nous avions colligé 58 patientes ayant eu une IRAH dans le service d’anesthésie réanimation de la maternité du CHU Ibn-Rochd de Casablanca (Maroc) entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2008. Nous avions noté les caractéristiques épidémiologiques, cliniques ainsi que les données biologiques de chaque patiente. Les patientes ayant une pathologie rénale antérieure ou un obstacle en post-rénal ont été écartées de l’étude. Nous avions pu suivre les patientes jusqu’à trois mois après leur sortie de l’hôpital. L’incidence de l’IRAH dans notre service était de 9,87 pour 10 000 grossesses ; elle a constitué 2,49 % de toutes les admissions dans notre service. L’âge moyen et la parité étaient respectivement de 28±7 ans et 2,82. Les causes de cette IRAH étaient la prééclampsie-éclampsie (39 cas : soit 67,2 %) suivie des hémorragies (15 cas : soit 25,9 %), du sepsis (cinq cas : soit 8,6 %), de la mort fœtale, (deux patientes, soit 3,6 %) et de la stéatose hépatique aiguë gravidique (un cas : soit 1,8 %). Souvent, les causes étaient intriquées. Dans un seul cas, on n’a pas identifié de cause évidente malgré l’imagerie radiologique et l’étude histologique. La récupération de la fonction rénale était plus précoce en cas de prééclampsie. Nous avions observé huit décès, soit 13,8 % et quatre patientes ont évolué vers la chronicité (6,9 %) ; les suites étaient simples pour les 42 autres (72,4 %). La prévention et la bonne prise en charge des complications de la grossesse sont la meilleure façon de prévenir ces formes graves d’insuffisance rénale.

Acute renal failure (ARF) requiring hemodialysis is a rare complication of pregnancy in western world, but in developing countries, it is still frequent. The objective of this study was to determine the epidemiology, etiologies, clinical data and outcomes for pregnant women with ARF requiring dialysis. We studied the records of 58 patients with ARF who had needed dialysis in the obstetric intensive care unit of the maternity teaching hospital of Ibn Rochd (Casablanca) between January 1st 2002 and 31st December 2008. Anterior renal diseases and post-renal causes were excluded. Epidemiological, clinical, biological data were recorded, the outcome of patients were studied 1 and 3 months after discharge from hospital. The incidence of ARF in our unit was 9.87 per 10,000 pregnancies; and constitutes 2.49% of all admissions in the obstetric ICU. The mean age and parity were respectively 28±7 years and 2.82. Main aetiology was preeclampsia-eclampsia (39 cases: 67.2%), haemorrhage (15 cases: 25.9%), sepsis (five cases: 8.6%), fetal death, (two cases: 3.6%) and acute fatty liver (one patient: 1.8%). Often, several causes were associated. In one case, we found no evident cause despite radiological imaging and histological exam. Recovery is faster in pre-eclampsia than others causes. The outcomes included renal recovery in 42 cases (72.4%), chronic renal failure in four cases (6.9%). Mortality rate was 13.8% (eight deaths). Preventive and early management of obstetrical complications could improve pregnancy-associated ARF.