JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Human monocyte heterogeneity–a nephrological perspective Volume 6, issue 4, Juillet 2010

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2

  • Fig. 3
Authors

Monocytes are key components of the innate immune system and are circulating precursors of tissue macrophages. Phenotypically and functionally, monocytes are a heterogeneous leukocyte subset. Based on the expression of CD14 and CD16, three human monocyte subsets can be distinguished: CD14++CD16−, CD14++CD16+ and CD14(+)CD16+ monocytes. The latter two subsets are often summarized as CD16+ monocytes. As these CD16+ cells are expanded in inflammatory conditions including end-stage renal disease, they have traditionally been termed proinflammatory monocytes, which is in contrast to murine monocyte nomenclature. More, each dialysis session induces a transient CD16+ monocytopenia.. In end-stage renal disease, both higher predialytic counts of CD16+ monocytes, and dialysis-induced CD16+ monocyte kinetic are predictors of cardiovascular outcome. So far, the functional differences of monocyte subsets and their pathophysiological role are still insufficiently understood.

Les monocytes circulants représentent 5 à 10 % des leucocytes. Ils sont issus de cellules myéloïdes de la moelle osseuse ; mais ils sont caractérisés par une grande variété phénotypique et fonctionnelle. Ils expriment à leur surface des antigènes CD14 et CD16. Selon l’intensité de l’expression de ces antigènes, plusieurs catégories de monocytes ont été distinguées. Les monocytes jouent un rôle pivot dans l’immunité innée et acquise. Ils sont même vus par certains comme des précurseurs des macrophages tissulaires et des cellules dendritiques. Ceux qui expriment le CD16 (dénommé CD16+ monocytes), sont classiquement considérés comme pro-inflammatoires, y compris chez l’insuffisant rénal chronique. Le taux de CD16+ augmente de façon importante au début de la séance d’hémodialyse et redevient normal à la fin de celle-ci. Cela peut positionner les monocytes comme des marqueurs de biocompatibilité. Les monocytes CD14++CD16+ sont des marqueurs indépendants du risque cardiovasculaire chez l’hémodialysé. Comme chez le sujet à fonction rénale normale, les CD16+ sont corrélés à l’épaisseur intima-média chez le transplanté rénal, à la présence d’une maladie cardiovasculaire et d’une insulinorésistance. En cas de syndrome métabolique, ils pourraient donc être le témoin des perturbations endocriniennes et vasculaires qui surviennent à l’échelon cellulaire. Devant toutes ces constatations, il semble intéressant de développer des recherches sur les fonctions des différentes catégories de monocytes.