JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

History of acute kidney injury, the early development of hemodialysis in France Volume 8, issue 4, Juillet 2012

Author

Si les étiologies, les mécanismes physiopathologiques de production et les lésions anatomopathologiques, substrat de l’insuffisance rénale aiguë, se sont précisés peu à peu, dès la fin du XIXe siècle (Abercrombie, Delafield), seules les insuffisances rénales aiguës de cause obstructive ou excrétoire, pouvaient être éventuellement résolutives soit spontanément, soit à la suite d’un geste urologique. Le concept d’insuffisance rénale aiguë, due à des lésions tubulo-interstitielles, susceptibles de réversibilité si on pouvait passer un cap dangereux en suppléant temporairement les fonctions rénales défaillantes, ne s’est imposé qu’aux environs des années 1950 grâce aux méthodes d’épuration extra-rénale par hémodialyse réalisée par rein artificiel (après quelques tentatives obtenant des succès partiels : exsanguino-transfusion et surtout dialyse péritonéale). Le principe général de la dialyse séparant par un processus de diffusion au travers de membranes semi-perméables (collodion, puis cellophane) est connu depuis Graham mais son application à l’épuration de l’urée et autres substances toxiques en excès en particulier le potassium, est beaucoup plus tardive (appareils de Vivi-diffusion d’Abel en 1913). H. Neckeles en 1923 utilise le procédé de Vivi-diffusion chez l’animal binéphrectomisé et Georg Haas l’emploie chez l’homme en 1928. Les premiers essais furent décevants et rendus difficiles en raison de la coagulation des circuits. Le remplacement du collodion par la cellophane puis de l’hirudine par l’héparine permit une nouvelle étape, celle-ci décisive. Les premiers reins artificiels furent construits par Alwall à Lund et Kolff à Kampel. Le pas décisif fut accompli par J.P. Merrill au Peter Bent Bringham Hospital de Boston. En 1952 en France, les équipes de l’Hôtel-Dieu (Dérot-Legrain) et de Necker (Hamburger, Richet, Crosnier) furent pionnières en la matière, la seconde équipe utilisant un rein de Kolff-Merrill modifié de la maison Usifroid à partir de 1954. Le rein de ce modèle fut utilisé assez rapidement dans diverses villes de province : Lyon, Montpellier, Toulouse, Nancy, Bordeaux, Lille… Les difficultés techniques surmontées, on se rendit compte que l’on pouvait traiter et parfois guérir l’insuffisance rénale aiguë, ce fut la première suppléance d’organes, un chapitre nouveau et essentiel de thérapeutique néphrologique préfigurant les progrès ultérieurs dans le domaine de l’insuffisance rénale chronique et un des volets de la discipline nouvelle apparue également dans les années 1950, la réanimation médicale.

From the end of the 19th century to the 1950s, from mechanisms of disease and pathology to the first success of hemodialysis, the author depicts the history of acute kidney injury. These remarkable improvements of modern medicine led concurrently to the spread of hemodialysis for the replacement of end-stage renal disease.