JLE

Néphrologie & Thérapeutique

MENU

Renal abnormalities in ankylosing spondylitis Volume 8, issue 4, Juillet 2012

Figures


  • Fig. 1

  • Fig. 2

  • Fig. 3

  • Fig. 4

  • Fig. 5

  • Fig. 6

  • Fig. 7

Tables


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4

  • Tableau 5

  • Tableau 6

  • Tableau 7
Authors

Analyser les aspects épidémiologiques, cliniques, biologiques et histologiques ; les modalités thérapeutiques et les facteurs pronostiques ainsi que les facteurs prédictifs d’installation d’une néphropathie au cours de la spondylarthrite ankylosante. Étude rétrospective de 32 patients présentant une spondylarthrite ankylosante compliquée d’atteinte rénale durant la période de 1978 à 2006. L’atteinte rénale est survenue après une durée moyenne d’évolution de la spondylarthrite ankylosante de 12ans. Les circonstances de découverte étaient : hématurie microscopique (22 patients), protéinurie (23 patients), syndrome néphrotique (11 patients). Une insuffisance rénale initiale est présente chez 24 patients. Une amylose rénale est retrouvée chez 13 patients avec une prévalence de 6,1 %, une néphropathie tubulo-interstitielle dans sept cas, une néphropathie à IgA dans quatre cas. Le suivi moyen de nos patients est de 4,4 années. Dix sept patients (53,1 %) ont atteint le stade d’insuffisance rénale terminale dans un délai moyen de 29,8±46 mois. Dans le but de déceler les facteurs prédictifs d’atteinte rénale, nous avons comparé les caractéristiques cliniques et paracliniques de nos patients à celles de 88 malades porteurs d’une spondylarthrite ankylosante sans atteinte rénale. Les facteurs prédictifs de survenue d’une atteinte rénale au cours de la spondylarthrite ankylosante sont : tabagisme, atteinte axiale sévère et syndrome inflammatoire biologique intense. Le diagnostic de l’atteinte rénale a été porté dans 75 % des cas au stade d’insuffisance rénale chronique. Nous insistons sur l’importance de dépister une atteinte rénale au moment du diagnostic et lors de l’évolution de la spondylarthrite ankylosante.

We will study the epidemiologic, clinical, biological, therapeutic, prognostic characteristics and predictive factors of development of nephropathy in ankylosing spondylitis patients. We retrospectively reviewed the medical record of 32 cases with renal involvement among 212 cases of ankylosing spondylitis followed in our service during the period spread out between 1978 and 2006. The renal involvent occurred in all patients a mean of 12 years after the clinical onset of the rheumatic disease. Thirty-two patients presented one or more signs of renal involvement: microscopic hematuria in 22 patients, proteinuria in 23 patients, nephrotic syndrome in 11 patients and decreased renal function in 24 patients (75%). Secondary renal amyloidosis (13 patients), which corresponds to a prevalence of 6,1% and tubulointerstitial nephropathy (7 patients) were the most common cause of renal involvement in ankylosing spondylitis followed by IgA nephropathy (4 patients). Seventeen patients evolved to the end stage renal disease after an average time of 29.8±46 months. The average follow-up of the patients was 4,4 years. By comparing the 32 patients presenting a SPA and renal disease to 88 with SPA and without nephropathy, we detected the predictive factors of occurred of nephropathy: tobacco, intense inflammatory syndrome, sacroileite stage 3 or 4 and presence of column bamboo. The finding of 75% of the patients presented a renal failure at the time of the diagnosis of renal involvement suggests that evidence of renal abnormality involvement should be actively sought in this disease.