John Libbey Eurotext

Médecine Thérapeutique / médecine de la reproduction

MENU

Risque épigénétique et assistance médicale à la procréation Volume 8, issue 3, Mai-Juin 2006

Figures

See all figures

Authors
AP-HP, hôpital Tenon, Service d’Histologie, Biologie de la Reproduction et Cytogénétique Cecos, 4 rue de la Chine 75020 Paris ; Université Pierre et Marie Curie-Paris 6, EA 1533, F-75012 Paris

Les études de suivi des enfants nés grâce à l’assistance médicale à la procréation (AMP) montrent qu’ils sont, dans leur immense majorité, normaux. Cependant des travaux récents, tant chez l’humain que dans diverses espèces animales, suggèrent que les technologies de la reproduction pourraient induire des désordres épigénétiques. Des pathologies liées à des anomalies de l’empreinte parentale ont été décrites chez les nouveau-nés issus d’AMP (syndrome de Beckwith-Wiedemann et d’Angelman). D’autres anomalies, comme le petit poids de naissance des singletons, pourraient s’expliquer par une perte de contrôle épigénétique. La vigilance s’impose donc quant au suivi de ces enfants et à la nécessité d’effectuer des études approfondies pour pouvoir déterminer si certaines procédures de la reproduction assistée, voire certaines causes d’infertilité comportent vraiment un risque.