John Libbey Eurotext

Médecine Thérapeutique / médecine de la reproduction

MENU

Les vrais jumeaux, représentations et psychologie Volume 8, issue 4, Juillet-Août 2006

Authors
Professeur des Universités-Praticien Hospitalier, Psychiatre pour Enfants et Adolescents, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 place de l’Hôpital, 67091 Strasbourg Cedex, Interne en Psychiatrie, Secteur G010, Service de P. Meyer, Centre Hospitalier d’Erstein, Route de Kraft, 67150 Erstein

Qu’ils soient vrais ou faux, les jumeaux fascinent depuis la nuit des temps et induisent des sentiments ambivalents, entre peur et attirance. Les vrais jumeaux, considérés comme des clones, posent de façon incontournable la question du même, de l’autre comme alter ego, de l’identique et de l’identité. Les mythes et les représentations populaires, toujours vivaces, attestent des nombreuses représentations liées au phénomène de la gémellité, que ce soit l’androgynie, le bien et le mal, l’immortalité, la rivalité et la mort, mais aussi le même, le double, la différence et le couple. Au-delà de la ressemblance physique ou non des jumeaux, ces représentations sont à l’œuvre dans l’inconscient et les fantasmes des parents et influencent leurs comportements et leur capacité d’aider à la différenciation des enfants. Cela est en particulier perceptible dans le développement du langage et de la conscience de soi des jumeaux monozygotes. Ceux-ci sont certes plus semblables que des dizygotes mais en fonction d’un certain nombre de facteurs environnementaux, ils développent des différences nettes sur le plan affectif et comportemental qui en font des personnes absolument distinctes.