John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Un essai pilote randomisé sur les anticorps monoclonaux anti‐récepteurs de l’interleukine 6 dans la maladie de Crohn active Volume 11, issue 5, Septembre-Octobre 2004

Author
  • Page(s) : 397
  • Published in: 2004

Auteur(s) : Thierry Piche

Ito H, Takazoe M, Fukuda Y, Hibi T, Kusugami K, Andoh A, et al. A pilot randomized trial of a human anti‐interleukin‐6 receptor monoclonal antibody in active Crohn’s disease. Gastroenterology 2004 ; 126 : 989‐96.

Une production accrue de cytokines pro‐inflammatoires est un des mécanismes pathogéniques de la maladie de Crohn (MC) [1] et ces cytokines constituent des cibles privilégiées pour le développement de nouveaux traitements. Le rôle déterminant de l’interleukine 6 (IL6) et de son récepteur soluble (IL6s) a été bien documenté au cours de la MC. En effet, des concentrations plasmatiques élevées d’IL6 et d’IL6s ont été mises en évidence chez les malades atteints de MC et étaient corrélées aux taux sériques de protéine C réactive [2]. Des concentrations anormalement élevées d’IL6 et d’IL6s ont été observées sur des cultures de côlon chez des malades atteints de MC [3]. Dans des modèles animaux de colite induite après transfert de lymphocytes T, il a été montré que l’administration d’un anticorps monoclonal dirigé contre le récepteur de l’IL6 supprimait l’expression des molécules d’adhésion ICAM1 et VCAM1 au niveau de l’intestin. Cet anticorps limitait aussi l’expression de TNFα, d’IL1β et l’ARN messager de l’interféron γ sans modifier la production de TGFβ, d’IL4 et d’IL10 [4]. L’ensemble de ces données suggère que le blocage des récepteurs à l’IL6 pourrait constituer une nouvelle piste thérapeutique dans la MC.

Afin d’évaluer l’efficacité, la pharmacocinétique et la tolérance d’un anticorps monoclonal humain dirigé contre le récepteur de l’IL6 (MRA) chez des malades atteints d’une MC active, 36 malades avec une MC active (indice de Best supérieur à 150) ont été randomisés pour recevoir une perfusion intraveineuse de MRA (8 mg\kg) ou de placebo deux fois par semaine pendant 12 semaines. L’objectif principal de l’étude était d’obtenir une réduction du score de Best d’au moins 70. À la fin du traitement, 80 % des malades étaient considérés comme répondeurs au MRA contre 31 % dans le groupe placebo (p ∓ 0,01). Vingt pour cent des malades étaient en rémission (Best < 150) sous MRA contre 0 % dans le groupe placebo. En revanche, dans les deux groupes, l’aspect endoscopique et histologique n’était pas modifié et la survenue d’effets secondaires était identique. Contrairement aux anti‐TNFα, il n’a pas été observé de réaction allergique pendant les perfusions ni d’apparition d’auto‐anticorps.

Cette étude préliminaire confirme que l’IL6 joue un rôle majeur dans la MC chez l’homme et montre qu’un traitement par perfusion intraveineuse de MRA deux fois par semaine pendant 3 mois entraîne une réduction significative de l’indice de Best sans effets secondaires notables. Ces données méritent d’être confirmées au cours d’essais multicentriques internationaux.

Références



1 . Shanahan F. Crohn's disease. Lancet 2002 ; 359 : 62‐9.

2 . Mitsuyama K, Toyanaga A, Sasaki E, Ishida O, Ikeda H, Tsuruta O, et al. Soluble interleukin‐6 receptors in inflammatory bowel disease : relation to circulating interleukin‐6. Gut 1995 ; 36 : 45‐9.

3 . Hosokawa T, Kusugami K, Ina K, Ando T, Shinoda M, Imada A, et al. Interleukin‐6 and soluble interleukin‐6 receptor in the colonic mucosa of inflammatory bowel disease. J Gastroenterol Hepatol 1999 ; 14 : 987‐96.

4 . Yamamoto M, Yoshizaki K, Kishimoto T, Ito H. IL‐6 is required for the development of Th1 cell‐mediated murine colitis. J Immunol 2000 ; 2000 : 4878‐82.