John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Facteur de susceptibilité génétique de la rectocolite hémorragique Volume 10, issue 3, Mai 2003

Author
  • Page(s) : 231
  • Published in: 2003

Auteur(s) : Thierry Piche

Schwab M, Schaeffeler E, Marx C, Fromm MF, Kaskas B, Metzler J, et al. Association between the C3435T MDR1 gene polymorphism and susceptibility for ulcerative colitis. Gastroenterology 2003 ; 124 : 26-33 

Les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) sont multifactorielles. On considère qu’elles surviennent à la faveur de facteurs environnementaux sur un terrain génétiquement déterminé [1, 2]. Les gènes que l’on peut considérer comme candidats pour les MICI sont très nombreux. Parmi eux, le gène CARD15/NOD2 est impliqué dans la prédisposition génétique à la maladie de Crohn et non à la rectocolite hémorragique (RCH) [3, 4]. En effet, un variant du gène est présent chez un malade sur deux contre 20 % chez des sujets sains. La RCH a aussi une forte incidence dans certaines familles. Un lien entre la RCH et certaines régions du chromosome 3, 7 et 12 a bien été rapporté [5], mais aucun gène de susceptibilité n’a pour le moment été clairement identifié dans la RCH. La première étude de Schwab et al. publiée dans Gastroenterology met en évidence un terrain génétique prédisposé pour la RCH. 
Le gène MDR1, exprimé par les cellules épithéliales intestinales, produit une glycoprotéine P qui est considérée comme une barrière contre des xénobiotiques. En effet, les souris invalidées pour ce gène développent une colite comparable à la RCH qui est prévenue par l’administration d’antibiotiques, ce qui suggère le rôle protecteur de la glycoprotéine P contre l’invasion de bactéries ou de toxines [6]. Chez l’homme, il a récemment été montré que ce gène MDR1 était hautement polymorphique et de nombreuses mutations ont été mises en évidence. Par exemple, la mutation qui touche l’exon 26 (C3435T) est associée à une moindre production de glycoprotéine P (gpP) par les entérocytes [7]. Les homozygotes ont une production moyenne de gpP deux fois moins importante que les sujets qui ne sont pas porteurs de la mutation [7]. 
Dans la présente étude, les auteurs ont recherché si ce polymorphisme pouvait prédisposer au développement d’une RCH. La fréquence des allèles et le polymorphisme C3435T ont été étudiés chez 149 malades atteints de RCH, 126 malades porteurs d’une maladie de Crohn et des sujets sains appariés pour le sexe. L’allèle C3435T et un génotype homozygote étaient significativement plus fréquents chez des malades atteints de RCH comparés aux témoins (3435T : p = 0,049 ; OR = 1,4, 95 % IC = 1,02-1,94 ; 3435TT : p = 0,045, OR = 2,03, 95 % IC = 1,04-3,95). En revanche, il n’existait pas de différence entre les malades porteurs d’une maladie de Crohn et les témoins. La plus grande fréquence du génotype TT au cours de la RCH renforce les résultats observés chez des souris invalidées pour le gène MDR1 ; la perte de la fonction de barrière liée à la baisse de production de gpP chez des sujets 3435TT indique que cette mutation constitue un terrain génétique prédisposant au développement d’une RCH.

Références

1. Farrell RJ, Peppercorn MA. Ulcerative colitis. Lancet 2002 ; 359 : 331-40.

2. Fiocchi C. Inflammatory bowel disease : etiology and pathogenesis. Gastroenterology 1998 ; 115 : 182-205.

3. Hugot JP, Chamaillard M, Zouali H, Lesage S, Cezard JP, Belaiche J, et al. Association of NOD2 leucine-rich repeat variants with susceptibility to Crohn’s disease. Nature 2001 ; 411 : 599-603.

4. Ogura Y, Bonen DK, Inohara N, Nicolae DL, Chen FF, Ramos R, et al. A frameshift mutation in NOD2 associated with susceptibility to Crohn’s disease. Nature 2001 ; 411 : 603-6.

5. Satsangi J, Parkes M, Louis E, Hashimoto L, Kato N, Welsh K, et al. Two stage genome-wide search in inflammatory bowel disease provides evidence for susceptibility loci on chromosomes 3, 7 and 12. Nature Genet 1996 ; 14 : 199-202.

6. Panwala CM, Jones JC, Viney JL. A novel model of inflammatory bowel disease : mice deficient for the multiple drug resistance gene, mdr1a, spontaneously develop colitis. J Immunol 1998 ; 161 : 5733-44.

7. Hoffmeyer S, Burk O, von Richter O, Arnold HP, Brockmoller J, Johne A, et al. Functional polymorphisms of the human multidrug-resistance gene : multiple sequence variations and correlation of one allele with P-glycoprotein expression and activity in vivo. Proc Natl Acad Sci USA 2000 ; 97 : 3473-8.