John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Faut-il traiter les thromboses veineuses distales ? Volume 11, issue 6, Novembre-Décembre 2005

Figures

See all figures

Authors
Service d’angiologie et d’hémostase (MR), Département de médecine, Hôpital universitaire de Genève, 24, rue Micheli-du-Crest, 1211 Genève 14, Suisse, Équipe d’accueil 3878 (GETBO) et Département de médecine interne et de pneumologie (GLG), CHU de Brest, France
  • Key words: thrombose veineuse distale, échographie de compression, critères diagnostiques, anticoagulation
  • Page(s) : 406-11
  • Published in: 2005

La prise en charge des thromboses veineuses proximales (poplitées et suprapoplitées) est bien codifiée et largement consensuelle. Il n’en va pas de même des thromboses veineuses distales. En effet, dans ce domaine, il n’existe pas d’étude randomisée contrôlée comportant un nombre suffisant de patients pour établir de manière définitive la nécessité d’anticoaguler ou non ces patients. Des données indirectes, provenant de cinq études prospectives bien conduites, suggèrent qu’en présence d’une suspicion clinique de thrombose veineuse profonde la réalisation d’une échographie ou de deux échographies limitées au niveau proximal permettent d’écarter le diagnostic avec une bonne sécurité et de surseoir au traitement anticoagulant. Malgré ces données relativement solides, les thromboses distales sont encore systématiquement recherchées et traitées dans un grand nombre de pays européens. Sans pouvoir apporter de réponse définitive à cette controverse – que seule une étude randomisée contrôlée pourrait régler – nous discutons les différents aspects de cette problématique.