John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Tumeurs stromales digestives Volume 10, issue 3, Mai 2003

Figures

See all figures

Authors
Service d’hépato-gastroentérologie, Hôpital européen Georges Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015, Paris E-mail : bruno.landihop.egp.ap-hop-paris.fr

Les tumeurs stromales digestives sont les tumeurs mésenchymateuses les plus fréquentes du tube digestif, le plus souvent localisées à l’estomac et à l’intestin grêle. Depuis peu, ces tumeurs s’intègrent dans un cadre nosologique précis grâce à la mise en évidence de l’expression par les cellules tumorales de la protéine c-kit, un récepteur transmembranaire ayant une activité tyrosine-kinase, dont le ligand est un facteur de croissance. Des mutations du gène c-kit ont été mises en évidence dans les tumeurs stromales, entraînant une activation constitutionnelle de la protéine c-kit. L’aspect histologique des tumeurs stromales digestives est souvent très évocateur. L’immunomarquage CD34 et CD117 (protéine c-kit) confirme le diagnostic. Les cellules de Cajal, cellules pace-maker de la paroi digestive, ou l’un de leur précurseur seraient à l’origine des tumeurs stromales. Elles ont la particularité d’avoir un potentiel de malignité souvent difficile à déterminer. Les deux facteurs les plus prédictifs de malignité sont un index mitotique élevé et la taille de la tumeur. Des récidives tardives, plus de 10 ans après résection, ont été rapportées. En cas de tumeur inextirpable ou métastatique, le pronostic était jusqu’alors catastrophique. Ces tumeurs sont particulièrement d’actualité depuis la découverte d’un traitement non « chimiothérapique » des formes malignes par un inhibiteur de tyrosine kinase (le mesilate d’imatinib : Glivec ®). Une réponse objective ou une stabilisation souvent maintenue est observée chez plus de 80 % des patients traités. Outre des modifications radicales dans la prise en charge et le pronostic de ces tumeurs, ce type de traitement ouvre des perspectives plus générales en cancérologie.