John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Traitement chirurgical des hémorroïdes : données récentes de la littérature Volume 11, issue 1, Janvier-Février 2004

Figures

See all figures

Author
Hôpital Bagatelle, 33401 Talence Cedex E‐mail : proctobagatellemspb.com

Cette revue des études randomisées sur le traitement chirurgical de la maladie hémorroïdaire a retenu en priorité la conclusion portée sur le critère de jugement principal de chaque travail. Concernant l‘intensité de la douleur postopératoire, l‘hémorroïdectomie pédiculaire ouverte a un petit avantage sur la technique fermée ; les instruments de dissection classiques (bistouri électrique et lame froide) sont équivalents ; parmi les nouveaux venus (laser, courant bipolaire, courant de fusion), seuls les deux derniers offrent un petit avantage sur le bistouri électrique ; les techniques visant à diminuer définitivement le tonus anal (dilatation, sphinctérotomie) peuvent être efficaces chez les patients avec un anus hypertonique, mais au prix d‘un risque significatif de troubles de la continence ; les sphinctérotomies chimiques n‘améliorent pas la douleur ; le métronidazole est peu efficace ; en revanche, le bloc anesthésique local fait en début d‘intervention, l‘absence de pansement intra‐anal, les laxatifs administrés 4 jours avant l‘intervention et les anti‐inflammatoires diminuent la douleur après hémorroïdectomie. La technique d‘anopexie selon Longo diminue la douleur et la durée de l‘incapacité physique postopératoire et a une efficacité clinique équivalente à celle de l‘hémorroïdectomie pédiculaire à moyen terme.