John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Qualité de vie chez les patients avec un syndrome de l’intestin irritable avec diarrhée prédominante après un traitement de 12 à 36 mois par cilanstron : une analyse par sexe Volume 13, issue 1, Janvier-Février 2006

  • Page(s) : 76
  • Published in: 2006

Qualité de vie chez les patients avec un syndrome de l’intestin irritable avec diarrhée prédominante après un traitement de 12 ou 26 mois par cilanstron : une analyse par sexe

JS Novick et al. OP-G-103. Quality of life in patients with irritable bowel syndrome with diarrhea predominance following 12 or 26 weeks of cilansetron treatment : a gender analysis.

Le cilansétron, un antagoniste sélectif des récepteurs 5-HT3, est en cours de développement chez les malades porteurs d’un SII avec diarrhée. Plusieurs études ont montré que l’administration de cilansétron à la dose de 2 mg trois fois par jour permettait de diminuer de manière significative les douleurs et l’inconfort abdominal, améliorait le transit et la qualité de vie des malades quel que soit leur sexe. Les buts de ce travail étaient d’évaluer l’impact du cilansétron chez des malades atteints de SII avec diarrhée en fonction du sexe. Les données sont issues de deux études randomisées en double aveugle de phase 3 au cours desquelles le cilansétron était administré pendant 12 ou 26 semaines. Les malades avec diarrhée définie selon les critères de Rome recevaient 2 mg de cilansétron 3 fois par jour. La qualité de vie était mesurée par un questionnaire spécifique qui évaluait 8 domaines spécifiques de la qualité de vie. Les scores les plus élevés étaient corrélés à une bonne qualité de vie. Des scores inférieurs à 51 correspondaient à un SII sévère alors que des scores > 73 définissaient un SII d’intensité modérée. L’évaluation de la qualité de vie a été possible chez 678 malades (198 hommes et 480 femmes) suivis 12 semaines et 378 malades (177 hommes et 201 femmes) suivis 26 semaines. Les scores initiaux dans les deux études étaient comparables entre les deux groupes traités. La qualité de vie était moins bonne chez les femmes que chez les hommes. La qualité de vie était significativement améliorée chez les femmes après 12 semaines de cilansétron et chez les deux sexes après 26 semaines de traitement. Le profil de cette amélioration était similaire en considérant les 8 sous-domaines de la qualité de vie. En conclusion, cette analyse montre que les femmes atteintes d’un SII avec diarrhée ont une qualité de vie moins bonne que les hommes et que l’effet du cilansétron sur la qualité de vie est plus prononcé chez la femme que chez l’homme.