John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place des nouvelles molécules dans la prise en charge thérapeutique des MICI Volume 13, issue 2, Mars-Avril 2006

Figures

See all figures

Author
Département d’hépatogastroentérologie, CHU Grenoble, 38000 Grenoble

De nouvelles thérapeutiques, de plus en plus ciblées, sont à l’étude et pour certaines seront bientôt sur le marché dans la prise charge des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Pour beaucoup d’entre elles, ces approches souvent très novatrices doivent être confirmées par des essais incluant un plus large nombre de patients, lors d’un suivi plus long. L’adalimumab est la molécule dont le développement est le plus avancé. Il s’agit d’un anticorps anti-TNF humanisé IgG1 utilisé par voie sous-cutanée. Les résultats montrent une efficacité certaine et prolongée de cette molécule au cours de la maladie de Crohn. Enfin, des analyses coût-efficacité seront sans aucun doute à prendre en compte dans nos choix thérapeutiques futurs. Si, actuellement, peu de nouvelles thérapeutiques ont été présentées quant à la rectolite ulcérohémorragique hormis des essais préliminaires concernant le fontolizumab, il reste que la place des nouveaux anti-TNF devra dans l’avenir être analysée. En effet, un des événements marquants de cette année a été la démonstration de l’efficacité de l’infliximab au cours de la RCUH (essai ACT1 et ACT2).