John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Causes et évolution des hépatites fulminantes Volume 10, issue 3, Mai 2003

Author
  • Page(s) : 231-2
  • Published in: 2003

Auteur(s) : Aurélie Plessier

Ostapowicz G, Fontana RJ, Schiodt FV, Larson A, Davern TJ, Han SH, et al. Results of a prospective study of acute liver failure at 17 tertiary care centers in the United States. Ann Intern Med 2002 ;137 : 947-54.

Cette étude descriptive prospective clinique évaluait les causes et l’évolution des hépatites fulminantes.

De janvier 1998 à mai 2001, 308 patients étaient inclus dans 17 centres d’hépatologie aux Etats-Unis, avec les critères suivants : TP > 15 secondes et un épisode d’encéphalopathie hépatique moins de 26 jours après les premiers symptômes en l’absence de maladie chronique du foie. Le diagnostic étiologique était fondé sur l’histoire de la maladie, les examens de laboratoire, d’imagerie et quelquefois l’histologie. Les critères d’évolution (transplantation, décès, survie sans transplantation) étaient recueillis 3 semaines après l’admission. Les causes et l’évolution sont résumées dans le tableau 2

Tableau 2. Caractéristiques générales et cause de l’hépatite fulminante chez 308 patients



Sexe (F) 224 (73 %)
Age médian 38 (15-78)
Créatinine > 177 µmol/l 40 %
Surdosage en paracétamol 120 (39 %)
• accidentel (antalgique) 68 (57 %)
• autolyse 44 (37 %)
• indéterminé 8 (7 %)
Toxicité autre traitement 40 (13 %)
• hépatite virale A/B 14/22
• hépatite ischémique 17 (6 %)
• hépatite auto-immune 13 (4 %)
• Wilson/Budd-Chiari 8/5
Autres (grossesse, coup de chaleur, hépatite à cellules géantes) 12
• infiltration tumorale 4
• indéterminés 53
• survie sans transplantation 132 (43 %)
• transplantation 89 (29 %)
• décès 101 (33 %)

Une transplantation n’était effectuée que dans 6 % des cas dans le groupe paracétamol versus environ 50 % dans les autres groupes. Les patients qui avaient une hépatite subfulminante étaient plus souvent transplantés et leur survie sans transplantation était plus faible. 
L’intoxication accidentelle au paracétamol et la toxicité d’autres médicaments sont les causes les plus fréquentes d’hépatite fulminante, ce qui pose un réel problème de santé publique et de prévention. Lors de l’intoxication au paracétamol, l’évolution est plus souvent spontanément favorable.