John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

La ciclosporine A : un nouveau traitement pour l‘hépatite C ? Volume 8, issue 1, janvier-février 2004

Author
Laboratoire de Virologie, CHU Purpan, Toulouse

Auteur(s) : A. Boulestin

Laboratoire de Virologie, CHU Purpan, Toulouse

La bithérapie par interféron pégylé et ribavirine ne permet d'éradiquer le virus de l'hépatite C (VHC) que chez 60 % des patients. De nouvelles approches thérapeutiques sont donc nécessaires pour améliorer la prise en charge des patients. Deux études récentes démontrent l'efficacité in vitro de la ciclosporine A (CsA) sur des réplicons HCV subgénomiques (contenant uniquement les gènes non structuraux du virus) [1, 2]. Le traitement de cellules porteuses de réplicons par la CsA entraîne une diminution de la synthèse des protéines du HCV ainsi que de la multiplication des réplicons. L'inhibition des réplicons est dose-dépendante [1] ; une concentration de 1 µg/mL a un effet inhibiteur équivalent à 100 U/mL d'interféron alpha (IFNα) [2]. En revanche, le tacrolimus, un autre immunosuppresseur, n'a aucun effet sur les réplicons [1, 2]. Lorsque les réplicons sont traités conjointement par la CsA et l'IFNα, l'effet inhibiteur obtenu est 5 fois plus important qu'avec l'IFNα seul [2]. La CsA inhibe la multiplication du HCV dans les cellules PH5CH8, une lignée hépatocytaire humaine non néoplasique, qui peut être infectée par le plasma de patients porteurs du HCV [2]. L'activité antivirale de la CsA est indépendante des voies mises en jeu par l'IFNα : la transcription des gènes de la 2'5' oligoadénylate synthétase et de la protéine kinase dépendante des ARN bicaténaires est induite par l'IFNα mais pas par la CsA. L'activité immunosuppressive de la CsA entraîne l'inhibition du facteur de transcription NF-AT. L'activité NF-AT n'est pas modifiée dans les hépatocytes traités par la CsA : l'activité antivirale de la CsA est indépendante de son activité immunosuppressive [2]. Le mécanisme d'action anti-HCV de la CsA reste donc à préciser.
L'intérêt d'une bithérapie par CsA et IFNα a été récemment évalué : le taux de réponse virologique soutenue était plus important dans le groupe ayant reçu la bithérapie que dans le groupe traité par IFNα seul [3]. Une normalisation durable des transaminases était également plus fréquente dans le groupe traité par IFNα et CsA. L'effet bénéfique de la CsA était particulièrement important chez les patients infectés par le génotype 1 et présentant une charge virale élevée. Les effets secondaires étaient similaires dans les deux groupes [3]. De nouveaux essais cliniques seront nécessaires pour déterminer l'effet de l'administration de CsA en combinaison avec l'IFN pégylé et éventuellement la ribavirine. L'activité antivirale de la CsA pourra être prise en compte dans le choix du traitement immunosuppresseur administré aux patients transplantés chroniquement infectés par le HCV.

Références

1. Nakagawa M, Sakamoto N, Enomoto N, et al. Specific inhibition of hepatitis C virus replication by cyclosporin A. Biochem Biophys Res Commun 2004 ; 313 : 42-7.

2. Watashi K, Hijikata M, Hosaka M, Yamaji M, Shimotohno K. Cyclosporin A suppresses replication of hepatitis C virus genome in cultured hepatocytes. Hepatology 2003 ; 38 : 1282-8.

3. Inoue K, Sekiyama K, Yamada M, Watanabe T, Yasuda H and Yoshiba M. Combined interferon alpha2b and cyclosporin A in the treatment of chronic hepatitis C : controlled trial. J Gastroenterol 2003 ; 38 : 567-72.