John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Étude de l’interaction microtubules-protéine de mouvement du virus de la mosaïque du tabac Volume 10, issue 6, Novembre-Décembre 2006

Figures

See all figures

Authors
Institut de biologie moléculaire des plantes, laboratoire propre du CNRS, (UPR 2357) conventionné avec l’Université Louis-Pasteur (Strasbourg 1), 12, rue du Général Zimmer, 67084 Strasbourg Cedex

Le virus de la mosaïque du tabac (VMT), un tobamovirus, possède un génome constitué d’un ARN simple brin de polarité positive codant pour quatre protéines, dont la protéine de mouvement ou MP. Cette protéine est indispensable au mouvement de cellule à cellule de l’ARN viral. Durant le cycle viral, elle est associée initialement aux plasmodesmes, mais aussi à différentes structures subcellulaires comme le réticulum endoplasmique (RE) ou les microtubules à un stade plus tardif de la virose.Le mécanisme d’association de la MP aux microtubules est à ce jour source d’ambiguïté : il est le résultat soit du transport de la MP le long de la surface microtubulaire, soit de l’adhésion latérale de la MP en surface des microtubules à la manière de certaines protéines MAP (microtubules associated proteins). Afin de répondre à la question, nous avons utilisé la technique de fluorescence recovery after photobleaching (FRAP) [1]. Cette technique repose sur le blanchiment par irradiation laser d’une zone déterminée (rectangle rouge). La réapparition de la fluorescence dans la zone éteinte est liée à l’arrivée de nouvelles molécules fluorescentes car le blanchiment de la GFP est irréversible ( (figure 1) ).