JLE

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Les fluctuations de la cognition dans la démence à corps de Lewy sont différentes de celles observées dans la maladie d'Alzheimer Volume 2, issue 3, Septembre 2004

Author
  • Page(s) : 225
  • Published in: 2004

Auteur(s) : Christian Derouesné

Les fluctuations de la cognition (FC) représentent le symptôme le plus caractéristique de la démence avec corps de Lewy (DCL). Elles traduisent un trouble de la vigilance et de l’attention en rapport avec le siège des lésions dans le tronc cérébral et le cortex limbique. Malheureusement, l’évaluation clinique des fluctuations est difficile et n’a pas une bonne fiabilité inter-observateurs [1]. Cette absence de fiabilité a conduit à proposer des échelles d’évaluation standardisée, l’une portant sur le mois (the clinician assessment of fluctuation scale ou CAFS), l’autre sur la journée précédant l’évaluation (the one day fluctuation assessment scale ou ODAS) qui ont permis d’améliorer nettement la fiabilité inter-juges de l’évaluation des FC [2]. Il reste que la variabilité des performances cognitives est banale chez tout un chacun et n’est pas l’apanage de la DCL dans la pathologie démentielle, d’où l’intérêt d’une étude comparative des FC dans la DCL et dans la MA [3]. Au plan quantitatif, les patients classés comme DCL avaient des scores significativement plus élevés que les patients classés MA à la CAFS et à l’OADS. Toutefois, la différence des scores à cette dernière échelle était liée à deux patients seulement, ce qui fait conclure aux auteurs que la CAFS est plus fiable que l’ODAS. La partie la plus intéressante de l’étude porte sur les différences qualitatives recueillies verbatim en réponse à certaines questions. Les aidants décrivaient les FC dans la DCL comme des interruptions de la conscience ou de l’attention (« Il est ailleurs », « Il ne peut se concentrer », « Il est absent ») alors que, dans la MA, les FC concernaient essentiellement la mémoire, la présence de fabulations, la répétition des questions, l’interruption de la réalisation d’une action. Un pourcentage élevé d’aidants de patients présentant une MA rapportaient une somnolence dans la journée, des périodes pendant lesquelles le patient ne semblait pas conscient de ce qui l’entourait, item qui ne permet donc pas de discriminer les deux pathologies. En revanche, les aidants des patients DCL mentionnaient, dans 90 % des cas, des fluctuations de longue durée avec des périodes de confusion portant sur une journée voire une semaine. De plus, ils soulignaient que ces périodes de confusion pouvaient alterner avec des périodes pendant lesquelles le patient semblait fonctionner normalement. Bien que cette étude ne porte que sur un petit nombre de patients (13 DCL et 12 MA), elle exhorte à utiliser en routine les échelles d’évaluation des FC et, à tout le moins, d’obtenir des aidants une description précise.

1. McKeith IG, Ballard CG, Perry RH, Ince PG, O’Brien JT, Neill D, et al. Prospective validation of consensus criteria for the diagnosis of dementia with Lewy bodies. Neurology 2000 ; 54 : 1050-8.

2. Walker MP, Ayre GA, Cummings JL, Wesnes K, McKeith IG O’Brien JT, et al. The clinician assessment of fluctuation and the one day fluctuation assessment scale. Two methods to assess fluctuating cognition in dementia. Br J Psychiatry 2000 ; 177 : 252-6.

3. Bradshaw J, Saling M, Hopwood M, Anderson V, Brodmann A. Fluctuating cognition in dementia with Lewy bodies and Alzheimer’s disease are qualitatively distinct. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2004 ; 75 : 382-7.