JLE

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Il est possible de porter le diagnostic de maladie d’Alzheimer avec une bonne fiabilité chez les sujets n’ayant que des déficits cognitifs mineurs Volume 1, issue 1, Mars 2003

Author
  • Page(s) : 57
  • Published in: 2003

Il est possible de porter le diagnostic de maladie d’Alzheimer avec une bonne fiabilité chez les sujets n’ayant que des déficits cognitifs mineurs

Un article récent publié dans Neurology [1] montre que le diagnostic de maladie d’Alzheimer (MA) peut être porté chez de sujets présentant un déficit cognitif léger. Ce diagnostic a été confirmé chez 89 % des 110 sujets étudiés, soit par autopsie (33 des 36 cas autopsiés) soit par l’évolution de la démence (65 des 74 cas restants). Tous les patients avaient reçu un diagnostic de MA possible ou probable et avaient, à l’entrée de l’étude, un score ≥ 24 au MMSE (un score < 24 est considéré, dans la littérature nord-américaine, comme indiquant une démence). La fiabilité du diagnostic était de 90,4 % chez les sujets présentant un score compris entre 24 et 26 et de 85,2 % chez ceux dont le score était de 27 à 30. Les auteurs précisent toutefois que ces sujets ne pouvaient être inclus dans le cadre du mild cognitive impairment, MCI, car ils présentaient tous une réduction des activités de la vie quotidienne, même si six d’entre eux répondaient aux critères neuropsychologiques du MCI. Parmi les 12 patients chez lesquels le diagnostic n’a pu être confirmé, 5 avaient retrouvé un fonctionnement cognitif normal au cours des 3 années de suivi (dont deux présentaient une symptomatologie dépressive à l’évaluation initiale) et 7 ont reçu un diagnostic neurologique différent. Parmi ces sujets, un présentait un syndrome amnésique isolé qui ne s’était pas aggravé après 3 ans et qui pouvait être en rapport avec une MA d’évolution lente. L’analyse des tests neuropsychologiques montrait que l’association d’un score de 39,5 au test de fluence verbale catégorielle à un score 8,5 au rappel différé du test de rétention visuelle possédait une sensibilité de 96 % et une spécificité de 93 %. De la même façon, l’association d’un score 39,5 au test de fluence catégorielle à un score = 132,5 à l’échelle de Mattis (deterioration rating scale) présentait une sensibilité de 95 % et une spécificité de 94 %.
Cet article vient confirmer une précédente étude [2] qui avait montré que 11 des 19 patients classés comme démence douteuse (0,5 à l’échelle clinical dementia rating), avaient vu le diagnostic de MA confirmé à l’autopsie.
Ainsi, il est de plus en plus établi que le diagnostic de MA peut être porté avant que les troubles n’aient atteint une sévérité suffisante pour remplir les critères de démence qui sont indispensables au diagnostic de MA selon les critères internationaux. La discussion d’appartenance ou non au cadre du MCI des sujets de cette étude est, en fait, un problème de terminologie. La distinction entre le cadre du MCI (stade 3 de la global deterioration scale ou GDS) et celui de early Alzheimer’s disease (stade 4 de la GDS), qui repose sur le caractère unique ou non du déficit cognitif et le retentissement sur l’activité quotidienne, apparaît bien artificielle dans la réalité. Par ailleurs, il est curieux de constater que les auteurs, en accord avec la grande majorité des auteurs nord-américains, continuent à ne prendre en compte que l’aspect quantitatif des déficits mnésiques en négligeant leurs caractères qualitatifs. Ce sont pourtant ces caractères qualitatifs qui permettent de séparer les déficits de la MA de ceux qui sont observés dans la plupart des autres perturbations mnésiques, comme l’ont montré depuis longtemps deux auteurs nord-américains, Grober et Buschke, qui ont mis au point un test permettant de comparer les performances en rappel libre et en rappel indicé, test considéré comme un élément essentiel du diagnostic neuropsychologique de la MA en France.

Christian Derouesné

1. Salmon DP, Thomas RG, Pay MM, Booth A, Hofstetter CR, Thal LJ, et al. Alzheimer’s disease can be accurately diagnosed in very mildly impaired individuals. Neurology 2002 ; 59 : 1022-8.

2. Morris JC, Storandt M, Miller P, McKeel DW, Price JL, Rubin EH, et al. Mild cognitive impairent represents early-stage of Alzheimer disease. Arch Neurol 2001 ; 58 : 397-405.