John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Neutralisation in vivo de l‘infection par le virus de l‘hépatite B à l‘aide d‘un anticorps anti‐préS1 humanisé Volume 8, issue 1, janvier-février 2004

Author
Laboratoire d‘épidémiologie moléculaire des entérovirus, Institut Pasteur, Paris

Auteur(s) : P. Maillard

Laboratoire d'épidémiologie moléculaire des entérovirus, Institut Pasteur, Paris

L'infection par le virus de l'hépatite B (HBV), malgré l'existence de vaccins efficaces, demeure toujours un problème majeur de santé publique, surtout dans les pays en voie de développement où une vaccination systématique ne peut encore être envisagée à cause du coût élevé des vaccins actuellement disponibles. La mesure prophylactique engagée après une exposition au virus consiste en l'administration d'immunoglobulines préparées à partir d'un pool de plasmas humains contenant des anticorps dirigés contre l'antigène HBs du HBV. Toutefois, cette méthode n'est pas la panacée car ces préparations d'immunoglobulines sont disponibles en quantités limitées et n'offrent qu'une faible activité spécifique. L'utilisation d'anticorps monoclonaux humanisés serait une bonne alternative à l'immunoprophylaxie de l'infection par le HBV.
Le HBV est un virus dont l'enveloppe, qui porte les épitopes responsables de la séro-neutralisation, est composée des trois protéines L, M et S. La petite protéine d'enveloppe (S pour small) porte les déterminants de groupe (a) et de sous-types du HBV (d/y et w/r). Les protéines moyennes (M pour middle) et grandes (L pour large), portent des déterminants antigéniques supplémentaires, codés par les parties pré-S1 et pré-S2 de l'ORF du gène d'enveloppe. La partie pré-S1 de la protéine L est responsable de l'attachement du virus à son récepteur sur les hépatocytes et les anticorps anti-préS1 sont capables d'inhiber l'infection in vitro. Toutefois, l'activité neutralisante des anticorps monoclonaux (AcMo) anti-préS1 n'avait pas encore été démontrée in vivo.
Les auteurs, après avoir généré un AcMo anti-préS1 murin neutralisant in vitro deux sous-types du HBV (adr et ayw), ont construit un hybride humanisé de cet anticorps. Afin d'évaluer la capacité de cet AcMo à neutraliser le HBV in vivo, un chimpanzé a reçu une injection unique de l'AcMo anti-préS1 humanisé, suivie à trois jours du challenge par le virus (type adr). Un chimpanzé témoin reçoit uniquement le virus. Le suivi de l'infection a été réalisé pendant un an. Tandis que l'antigène HBs apparaît chez le chimpanzé témoin dès la 14e semaine, avec une élévation des transaminases entre les 20e et 21e semaines, il n'y a pas de marqueur de réplication du HBV, ni d'anticorps associés, détectables, tout au long du suivi, chez le chimpanzé ayant reçu préventivement l'anti-préS1.
N'ayant pas la possibilité de répéter l'expérience in vivo avec d'autres chimpanzés pour les autres types du VHB, les auteurs ont évalué la capacité de leur AcMo anti-préS1 humanisé à neutraliser les autres types du virus en construisant trois variants préS1 représentant tous les sous-types et variants actuellement décrits dans les bases de données. En western-blot, les trois variants sont également reconnus, comparativement au virus sauvage, suggérant que l'anti-préS1 pourrait neutraliser les différents sous-types du HBV in vivo.
L'utilisation de tels anticorps anti-préS1 humanisés représenterait donc une alternative intéressante à la prévention de l'infection par le HBV lors d'un contact accidentel avec du matériel infectieux.

Référence

Hong HJ, Ryu CJ, Hur H, Kim S, Oh HK, M. Oh S, Park SY. In vivo neutralization of hepatitis B virus infection by an anti-preS1 humanized antibody in chimpanzees. Virology 2004 ; 318 (article en ligne, sous presse).