John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

Les leucémies aiguës lymphoblastiques de l’enfant Volume 22, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2019

Figure 1

Frottis sanguin de trois patients différents présentant une LAL. Les lymphoblastes sont visibles en microscopie optique (×100) après coloration au May-Grünwald Giemsa. On retrouve une prolifération monomorphe de cellules de tailles plus ou moins variables qui présentent un haut rapport nucléo-cytoplasmique. Le noyau, souvent de contour irrégulier, présente de nombreux nucléoles (A, flèches) associé à une chromatine de densité fine à intermédiaire. Le cytoplasme est basophile et parfois vacuolaire (C). Il n’existe pas de critères cytologiques permettant de faire la distinction entre LAL-T (A et C) et LAL-B (B).

Remerciements : Dr Abdo et Dr Duroyon (Laboratoire d’onco-hématologie, Hôpital Necker, Paris).

Figure 2

Principales avancées dans les domaines thérapeutiques et biologiques des LAL ayant contribué à l’amélioration du pronostic au cours des soixante dernières années (adapté de Heikamp EB et Pui CH, J Pediatric 2018 [48]).