John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prévention de la neutropénie sous chimiothérapie en cancérologie digestive Volume 26, supplément 1, Octobre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 CHRU de Tours, Hôpital Trousseau, Service d’hépato-gastroentérologie et de cancérologie digestive, 37044 Tours
2 Université François Rabelais, EA 7501 (GICC), 37032 Tours
* Correspondance

Le risque de neutropénie sévère chimio-induite varie selon le schéma de chimiothérapie prescrit et des facteurs clinico-biologiques. Par exemple, dans la prise en charge du cancer colorectal traité par chimiothérapie, les risques de neutropénie sévère de grade 3/4 (< 1 000 polynucléaires neutrophiles/mm3) et fébrile varient respectivement de 2 à 50 % et moins de 1 à 10 % en fonction du schéma prescrit. Pour la majorité des schémas de chimiothérapie prescrits en cancérologie digestive, la prévention et la gestion de cette toxicité hématologique reposent surtout sur le recours à des reports de cures généralement associés à des diminutions de doses de chimiothérapies au détriment de la dose-intensité des schémas prescrits. Pour les schémas associés à des risques plus élevés de neutropénie sévère tels que les schémas DCF, VP16-sel de platine et FOLFIRINOX, la prescription de G-CSF en prophylaxie primaire ou secondaire est à discuter voire à recommander systématiquement. La recherche d’un déficit en DPD avant la prescription de 5-FU contribue à prévenir le risque de toxicité sévère hématologique lié au 5-FU. La gestion du risque de neutropénie imputable à la prescription d’une chimiothérapie nécessite une bonne connaissance des profils de tolérance des chimiothérapies prescrites et des facteurs de risque liés au patient.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International