John Libbey Eurotext

Epileptic Disorders

The Educational Journal of the

Nouveaux médicaments antiépileptiques dans les épilepsies de l'enfant : intérêts et limites Volume 3, numéro spécial 3, Numéro spécial 2, December 2001

Auteur
Service de Neuropédiatrie, Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris Cedex 14.
  • Mots-clés : nouveaux médicaments antiépileptiques, épilepsies de l'enfant
  • Page(s) : 37-46
  • Année de parution : 2002

Une des nouveautés de ces dernières années a été la découverte que les médicaments antiépileptiques avaient un profil d'efficacité et aussi d'aggravation, spécifiques en fonction des syndromes épileptiques. En raison de la multiplicité de syndromes et du peu d'études contrôlées réalisées chez l'enfant, le « spectre d'action » des antiépileptiques les plus récents n'est pas encore bien connu dans cette tranche d'âge. En effet, les essais contrôlés sont encore trop souvent réalisés d'abord chez l'adulte, puis lorsque le médicament est déjà commercialisé, ils débutent chez l'enfant. Pourtant certaines nouvelles molécules ont révolutionné le traitement des épilepsies de l'enfant, en particulier celui de syndromes épileptiques sévères (comme le syndome de West ou le syndrome de Lennox-Gastaut). Le vigabatrin a une efficacité remarquable dans les spasmes infantiles mais peut être responsable d'aggravation dans les épilepsies myocloniques, l'épilepsie-absences et certaines épilepsies partielles surtout idiopathiques. La lamotrigine est particulièrement efficace dans l'épilepsie-absences et les épilepsies généralisées symptomatiques et cryptogéniques comme le syndrome de Lennox-Gastaut ou l'épilepsie myoclono-astatique. En revanche, une aggravation quasi systématique a été observée dans l'épilepsie myoclonique sévère du nourrisson et des cas d'aggravation ont été notés dans les épilepsies partielles idiopathiques. Le felbamate peut être prescrit en troisième intention et sous surveillance hématologique dans le syndrome de Lennox-Gastaut. L'efficacité et les indications de l'oxcarbazépine sont comparables à ceux de la carbamazépine. L'efficacité du topiramate a été démontrée dans les épilepsies partielles, les autres indications chez l'enfant restent à préciser. Les études pédiatriques concernant la gabapentine et la tiagabine dans les épilepsies partielles ont montré des résultats encourageants. L'histoire du stiripentol est un bon exemple de stratégie de développement d'un nouvel antiépileptique chez l'enfant ; son efficacité en association au clobazam a pu être démontrée dans un syndrome particulier, l'épilepsie myoclonique sévère du nourrisson.