JLE

Sexologies

MENU

D’une vision simplificatrice de la pornographie à la nécessité d’un regard complexe sur les pornographies Questionner la consommation de pornographie en consultation sexologique : que nous apprend la littérature scientifique ? Volume 32, numéro 1, Mars 2023

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Université Rouen Normandie, UFR SHS, laboratoire CRFDP Rouen, France
2 Association inderdisciplinaire post-universitaire de sexologie (Aius)
3 Sexologue, conseiller conjugal et familial, Hermes, France
* Correspondence : Brice Gouvernet

Cet article propose un état des lieux critique des connaissances sur les effets de la pornographie, afin d’envisager les possibilités de la questionner dans les pratiques sexologiques. Après un retour sur les travaux soulignant de possibles effets négatifs, ceux soulignant les répercussions potentiellement positives de la pornographie sont abordés. Dans un second temps, quelques-unes des limites des travaux actuellement menés sont soulignées : difficulté à définir le concept de pornographie, simplification d’un phénomène complexe, limites liées au design des études. Les liens entre pornographie et éducation sexuelle sont interrogés. Des pistes pour optimiser l’accompagnement et l’alliance thérapeutique sont envisagées, tant concernant la posture à adopter que les dimensions et questions à interroger et se poser.