JLE

Périnatalité

MENU

Le point sur la santé périnatale en Algérie Volume 3, numéro 2, Juin 2011

Auteur

La transition démographique amorcée en Algérie depuis les années 1980 a entraîné une transition épidémiologique traduite par l’émergence de maladies non transmissibles (Mnt) alors même que persistent les maladies transmissibles. Les principaux facteurs ayant contribué à l’amélioration de l’état de santé de la population et du couple mère-enfant en particulier sont le résultat des stratégies de développement mises en oeuvre depuis le début des années 1970. L’observation de la structure de la mortalité infantile depuis deux décennies met en évidence une concentration de plus en plus importante des décès dans la première semaine de vie et une modification de ces causes de décès. Ainsi, et après de longues années de lutte contre la mortalité infantile axée essentiellement sur ces causes « exogènes », la promotion de la santé périnatale est enfin élevée au rang des priorités dans le dispositif de notre santé publique. Cette stratégie s’inscrit en droite ligne avec l’engagement pris par l’Algérie, lors du sommet du millénaire en 2000 sous l’égide de l’Organisation des Nations unies, à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, à savoir: réduire le taux de mortalité infantojuvénile de deux tiers et la mortalité maternelle de trois quarts sur la période allant de 1990 à 2015. Cependant, si la volonté politique et la situation financière du pays sont au rendez-vous de cet important défi, ils persistent néanmoins des insuffisances tant sur l’aspect organisationnel des soins que sur la formation du personnel soignant par rapport à la prise en charge de la mère et du nouveau-né. Il reste que l’humanisation des soins par le renforcement du lien mère-enfant (allaitement maternel, contact peau à peau) devrait être « le socle » sur lequel se développe toute stratégie de soins en direction de la catégorie des enfants les plus vulnérables. C’est précisément cette stratégie qui a été adoptée par l’Algérie depuis 2006, à travers la mise en place du programme national de périnatalité, appuyé par la promulgation au Journal officiel du décret de périnatalité et de normalisation de la néonatalogie.