John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Loi de bioéthique 2021 : très politique, assez peu bioéthique Volume 24, numéro 3, Juillet-août-septembre 2022

Auteur
Présidente de l’association Collectif BAMP, association de patients de l’AMP, de personnes infertiles et stériles ayant recours à l’AMP. Association de parents d’enfants nés via l’AMP intraconjugale ou avec don de gamètes, Mathieu, France
* Tirés à part : V. Rio

pendant quatre ans, notre association de patients s’est mobilisée auprès des politiques et des professionnels de l’assistance médicale à la procréation (AMP), et avec des associations partenaires, pour faire entendre ses demandes relatives à la révision de la loi de bioéthique : ouverture de l’AMP à toutes les femmes, autoconservation des ovocytes, diagnostic préimplantatoire des aneuploïdies, accès à des informations identifiantes et non identifiantes dans le cadre du don de gamètes, ouverture du don et de l’autoconservation aux centres privés, etc. L’engagement associatif s’est confronté à des acteurs politiques assez peu ouverts à nos propositions et à nos vécus, bafouant les principes de la démocratie sanitaire et ignorant les grands principes de la bioéthique française. La loi de bioéthique de 2021, malgré des aspects positifs – ouverture de l’AMP, autoconservation et droits d’accès à des informations pour les personnes nées via un don de gamètes, plan de lutte contre l’infertilité – n’a pas eu l’ambition d’être vraiment à la hauteur des besoins et des enjeux pour une AMP moderne et de qualité pour toutes et tous.