John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

L’immunothérapie dans le cancer de l’ovaire Volume 5, numéro 2, Mars-Avril 2019

Tableaux

Auteurs
1 Hospices civils de Lyon
Service d’oncologie médicale
69495 Pierre-Bénite, France
2 Centre de recherche en cancérologie de Lyon
INSERM 1052, CNRS 5286
Centre Léon Bérard
Université Claude Bernard Lyon I
69008 Lyon, France
3 Institut Curie
Université de recherche PSL
Inserm U830, DNA repair and uveal melanoma (D.R.U.M.), Équipe labellisée par la Ligue nationale contre le cancer
75248 Paris, France
4 Institut Curie
Département de biologie des tumeurs
Paris, France
5 INSERM U970, PARCC (Paris-Cardiovascular Research Center)
Paris, France
6 Faculté de médecine
Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
Paris, France
7 APHP, Hôpital Européen Georges Pompidou
Service d’immunologie biologique
Paris, France
8 Centre Léon Bérard
Service d’oncologie médicale
69008 Lyon, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : tumeurs de l’ovaire, thérapeutique, immunothérapie
  • DOI : 10.1684/ito.2019.0157
  • Page(s) : 89-92
  • Année de parution : 2019

Il existe un rationnel biologique fort pour le développement de l’immunothérapie dans le cancer ovarien. Cependant, son efficacité semble limitée en monothérapie chez des patientes lourdement prétraitées. Actuellement, plusieurs études sont en cours, en combinaison aux inhibiteurs de PARP, aux anti-angiogéniques et à la chimiothérapie, pour lesquelles l’identification de biomarqueurs est essentielle.