John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

Développement d’un score non commercial d’instabilité génomique pour les cancers ovariens Volume 9, numéro 1, Janvier-Février 2023

Illustrations



Auteurs
2 Inserm U1245, Normandie Univ, UNICAEN, Normandy Centre for Genomic and Personalized Medicine, 76031 Rouen, France
3 Centre François Baclesse, Clinical Research Department,14000 Caen, France <f.joly@baclesse.unicancer.fr>
4 Institut de cancérologie de l’Ouest - Paul Papin, 49000 Angers, France <alain.morel@ico.unicancer.fr>
5 APHP, UF d’Onco-Angiogénétique et Génomique des tumeurs solides, département de génétique, Sorbonne Université, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France <christel.brunet@aphp.fr> <veronique.bertrand@aphp.fr> <eric.fernandez2@aphp.fr> <florence.coulet@aphp.fr>
6 Institut Gustave Roussy, Service de génétique des tumeurs, 94800 Villejuif, France <roseline.tang@gustaveroussy.fr> <etienne.rouleau@gustaveroussy.fr>
7 Centre Oscar Lambret, Unité d’oncologie moléculaire humaine, 59000 Lille, France <f-oca@o-lambret.fr> <r-boucly@o-lambret.fr> <a-dumont@o-lambret.fr>
8 Institut Gustave Roussy, 94800 Villejuif, France <catherine.genestie@gustaveroussy.fr>
9 Gynäkologisch-Onkologische Praxis, Hannover, Allemagne <hlueck@goph.de>
10 Clinical Trials Unit, National Cancer, Institute of Naples, Fondazione G. Pascale, Naples, Italie <piera.gargiulo@istitutotumori.na.it>
11 Institut Curie, Department of medical oncology, 92210 Saint-Cloud, France <diana.belloroufai@curie.fr>
12 Centre Jean Perrin, 63011 Clermont-Ferrand, France <marie-ange.mouret-reynier@clermont.unicancer.fr>
13 Centre Jean Bernard – Clinique Victor Hugo, 72000 Le Mans, France <h.bourgeois@ilcgroupe.fr>
14 Centre CARIO – HPCA, 22198 Plérin, France <ac.hardy@cario-sante.fr>
15 Association de recherche cancers gynécologiques (ARCAGY), 75008 Paris, France <cmontoto@arcagy.org> <isabelle.ray-coquard@lyon.unicancer.fr> <epujade@arcagy.org>
16 Groupe d’investigateurs nationaux pour l’étude des cancers ovariens (GINECO)
* Tirés à part : R. Leman
Remerciements et autres mentions : Pour l’étude PAOLA-1, nous souhaitons remercier les patientes et leur famille d’avoir participé à l’étude, les investigateurs, ARC et pathologistes des centres inclueurs (français et étrangers, European Network of Gynecological Oncology Trials [ENGOT]) d’avoir permis le recueil des consentements des patientes et des prélèvements biologiques. Un remerciement pour les pathologistes experts du groupe GINECO qui ont revu tous les prélèvements tumoraux centralisés ainsi qu’au Centre de ressources biologique (Alexandre Degnieau et Éloise Glais) et au département de la recherche translationnelle d’ARCAGY GINECO pour leur gestion et mise à disposition des échantillons biologiques.Financement : aucun.Liens d’intérêts : FC : interventions ponctuelles lors de séminaires organisés par AstraZeneca ou Roche ; IRC : principal investigateur de l’étude PAOLA1 ; EPL : essai clinique PAOLA, interventions ponctuelles AstraZeneca, versements ARCAGY Research ; les autres auteurs déclarent ne pas avoir de lien d’intérêt.

Les cancers ovariens séreux de haut grade présentant un déficit de réparation de l’ADN par recombinaison homologue sont particulièrement sensibles aux traitements d’entretien incluant un inhibiteur de PARP, l’olaparib. Ces déficits de réparation génèrent des « cicatrices » génomiques tumorales. Il est donc essentiel d’identifier les patientes dont les tumeurs présentent ces déficits de réparation dès le diagnostic initial. Nous avons développé une nouvelle méthode de détection de ces cicatrices, GIScar (Genomic Instability Scar), qui a montré sa capacité à identifier les patientes qui peuvent bénéficier d’un traitement par l’olaparib avec un taux d’échec inférieur à 1 %. Ces performances autorisent le déploiement de GIScar dans les laboratoires universitaires et hospitaliers de biologie moléculaire.