John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Toxicité hépatique des inhibiteurs multikinases Volume 28, numéro 6, Juin 2021

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 AP-HP. Paris-Saclay Université, Hôpital Antoine-Béclère, Service d’hépato-gastroentérologie et nutrition, 157 rue de la Porte de Trivaux, Clamart cedex F-92141
2 Université Paris-Saclay, Faculté de Médecine Paris-Saclay, F-94276, Le Kremlin-Bicêtre
3 INSERM U996, F-92140, Clamart, France
4 Gustave Roussy Cancer Campus, Department of Ambulatory Care, F-94805, Villejuif
5 INSERM, INRAE, Univ Rennes, Institut NUMECAN (Nutrition Metabolisms and Cancer), UMR_A 1341, UMR_S 1241, F-35000, Rennes
* Correspondance
a Contribution égale

Les inhibiteurs multikinases (MKI) sont des molécules ciblées qui ont révolutionné la prise en charge des cancers. Cependant, il existe peu de données concernant le risque de toxicité hépatique de ces traitements et la gestion pratique de ces événements. Des perturbations asymptomatiques du bilan hépatique sont fréquemment observées dans les essais cliniques évaluant les MKI, mais les événements hépatotoxiques graves restent rares. Dans la majorité des cas, la période de latence varie d’une semaine à deux mois. La toxicité hépatique liée aux MKI est souvent de type hépatocellulaire et moins fréquemment mixte. Une amélioration du bilan hépatique est observée dans trois quarts des cas après l’arrêt du traitement par MKI, mais des cas d’hépatite médicamenteuse avec évolution fatale ont été rapportés. Le recours aux corticoïdes (20 à 40 mg/jour) a été nécessaire pour des cas d’hépatite liée à l’imatinib, au pazopanib et à l’association vémurafénib-ipilimumab. Puisqu’il n’existe actuellement aucune stratégie préventive, la détection précoce de l’hépatotoxicité aux MKI reste cruciale afin d’éviter les formes sévères. Pour cela, une surveillance de la fonction hépatique durant le traitement pourrait être utile. En l’absence de marqueur spécifique, il est important d’éliminer les autres causes d’atteinte hépatique pour éviter un arrêt non nécessaire de ces molécules.