John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prévention du cancer gastrique par éradication de Helicobacter pylori : qui dépister ? qui surveiller ? Volume 20, supplément 1, Janvier 2013

Auteur
Hôpital Henri-Mondor, Service de Gastroentérologie, 51, avenue du Mal de Lattre de Tassigny 94010 Créteil cedex

L’infection à Helicobacter pylori favorise la cancérogenèse gastrique. Elle entraîne une augmentation du risque relatif de cancer d’un facteur 30 ou 40. Elle est impliquée dans 75 % des cancers gastriques. L’éradication préventive d’ Helicobacter pylori est d’autant plus efficace qu’elle est précoce. Cependant, elle réduit l’incidence des cancers même lorsqu’elle est tardive chez des malades ayant des lésions prénéoplasiques (atrophie, métaplasie intestinale). Dans les pays à faible incidence de cancer comme la France, seuls les malades à haut risque doivent faire l’objet d’une recherche et d’un traitement systématiques de Helicobacter pylori. Ce sont : les apparentés du premier degré de malades ayant un cancer gastrique, les malades ayant des lésions prénéoplasiques, les malades originaires de pays à forte incidence de cancer, les malades ayant eu une gastrectomie partielle pour cancer, les malades ayant un syndrome de Lynch, les malades sous IPP au long cours. L’infection est recherchée par gastroscopie associée à des biopsies gastriques chez les sujets de plus 45 ans et par test respiratoire à l’urée 13C chez les sujets de moins de 45 ans.