John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le point sur l’épidémiologie du cancer colorectal Volume 27, numéro 3, Mars 2020

Auteurs
Registre Bourguignon des Cancers Digestifs ; INSERM EPICAD LNC-UMR1231 ; UFR Santé Bourgogne Franche Comté, Dijon ; CHU Dijon, F-21079
* Correspondance

L’incidence du cancer colorectal a augmenté en France jusque dans les années 2000 puis a régulièrement diminué chez l’homme, avec une variation annuelle moyenne de – 1,4 % au cours des dix dernières années, tandis que l’incidence restait stable chez la femme. Les tendances évolutives de l’incidence pour ce cancer variaient selon la sous-localisation le long du cadre colique. La baisse d’incidence était plus importante pour les cancers du rectum que pour les cancers du côlon. Bien qu’ils restent rares, l’incidence des cancers colorectaux chez les jeunes patients de moins de 40 ans a augmenté pour les cohortes récentes.

La proportion de cancers colorectaux parmi l’ensemble des cas prévalents en France était de 13 %. En 2018, 152 000 patients avaient eu un diagnostic de cancer colorectal diagnostiqués dans les cinq années précédentes.

Le pronostic du cancer colorectal s’est amélioré avec le temps. La survie nette à cinq ans a augmenté de 52 % pour les cancers diagnostiqués entre 1989 et 1993 à 60 % pour ceux diagnostiqués entre 2005 et 2010. Cette tendance concernait toutes les classes d’âge mais était moins marquée pour les patients âgés de 75 ans ou plus.

Les campagnes de dépistage du cancer colorectal et la mise en place récente des tests immunologiques devraient faire baisser la mortalité de ce cancer et, à terme, l’incidence également, mais sous réserve d’une participation suffisante.