John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Effet antitumoral des analogues de la somatostatine dans les tumeurs endocrines digestives Volume 18, numéro 3, Mai-Juin 2011

Auteurs
Hôpital Édouard-Herriot, fédération des spécialités digestives, Pavillon H, 69437 Lyon Cedex 03, France, Hôpital Édouard-Herriot, Inserm U865, 69437 Lyon Cedex 03, France

Les analogues de la somatostatine (Octréotide, Lanréotide) ont initialement été développés pour contrôler les syndromes sécrétoires associés aux tumeurs endocrines digestives (TED) de type carcinoïdes, glucagonomes et vipomes. Ces dernières années, de nombreuses données cliniques et précliniques ont montré aussi leur capacité à inhiber la croissance tumorale les faisant potentiellement considérer comme des agents antiprolifératifs. Les taux de réponse objective sont faibles, de l’ordre de 5 %. En revanche, des stabilisations tumorales sont observées dans 35 à 80 % des cas. Une première étude de phase 3 (Étude PROMID), randomisant l’octréotide retard à un placebo, a démontré cet effet antitumoral en prolongeant de façon significative le temps à progression de patients porteurs d’une TED métastatique de l’intestin moyen. Cette étude montre, par ailleurs, que cet effet antiprolifératif est d’autant plus présent que l’envahissement tumoral est faible, suggérant l’idée d’une utilisation précoce de ces molécules en cas de maladie métastatique. De nouvelles études devront préciser leur place dans l’arsenal des thérapeutiques antitumorales, en particulier pour les TED duodéno-pancréatiques. De nouveaux analogues de la somatostatine comme le pasiréotide sont également en cours de développement : cette molécule présente l’avantage théorique de cibler plus largement les récepteurs de la somatostatine (sous-type 2 comme les autres analogues, mais également les sous-types 1,3 et 5), ce qui pourrait le rendre plus actif sur l’angiogenèse ou la prolifération tumorale. De même, l’intérêt d’associer les analogues de la somatostatine à d’autres agents antitumoraux comme les inhibiteurs de la voie mTOR ou des antiangiogéniques est à établir.