John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Avancées dans le traitement médical du cancer du pancréas Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteur
Institut Curie, Département d’oncologie médicale, Université Versailles Saint-Quentin, 35 rue Dailly, 92210 Saint-Cloud
* Correspondance
  • Mots-clés : adénocarcinome du pancréas, immunothérapie, inhibiteurs de PARP, maintenance, soins de support, Thésaurus National de Cancérologie Digestive
  • DOI : 10.1684/hpg.2019.1826

L’adénocarcinome du pancréas (AP) deviendra la deuxième cause de mortalité par cancer d’ici 2030. Si les taux de survie globale à cinq ans restent faibles, des progrès significatifs ont été réalisés au cours des dix dernières années. Pour les patients atteints d’AP opérables, la chimiothérapie adjuvante par FOLFIRINOX a été démontrée supérieure à la gemcitabine. Les stratégies de traitement pré-opératoire (néoadjuvant pour les tumeurs résécables d’emblée, d’induction pour les tumeurs borderline) sont en cours d’évaluation dans le cadre d’essais cliniques. Dans les stades avancés, les stratégies de traitement d’entretien ou de maintenance après une période de contrôle de la maladie sous FOLFIRINOX se développent. Alors qu’aucune thérapie ciblée n’avait jusque-là montré d’efficacité dans l’AP, les inhibiteurs de PARP ont permis d’améliorer significativement la survie sans progression en traitement de maintenance chez des patients porteurs d’une mutation germinale de BRCA (5 % des AP). Les immunothérapies ont été décevantes, à l’exception des rares tumeurs présentant un phénotype d’instabilité des microsatellites (1 %-2 %). Les soins de support occupent une place centrale pour améliorer la qualité de vie des patients. Plusieurs essais cliniques nationaux (PRODIGE) sont en cours. Le chapitre du Thésaurus National de Cancérologie Digestive (TNCD) consacré à l’AP a été récemment réactualisé (Juin 2018) pour tenir compte de ces avancées. Cette revue fait l’état de l’évolution des pratiques dans le traitement médical de l’AP.