John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Démence sémantique : démographie et données neuropsychologiques initiales chez 82 patients Volume 3, numéro 4, Décembre 2011

Auteurs
Centre mémoire de ressource et de recherche, Service de neurologie, CHU Pontchaillou, rue Henri Le Guilloux, 35033 Rennes Cedex, Inserm- EPHE-Université de Caen/Basse Normandie, Unité U923, GIP Cyceron, CHU Côte de Nacre, Caen, Consultation mémoire, Centre Hospitalier de Guingamp, Centre mémoire de ressource et de recherche, service de neurologie, Hôpital Nord, Nantes 44093

Si la démence sémantique (DS) fait l’objet d’une riche littérature, peu de larges séries ont été publiées. Nous rapportons ici les données démographiques et neuropsychologiques initiales d’une cohorte bretonne de 82 patients suivis de manière prospective depuis 20 ans. La démence sémantique débute avant 65 ans dans 75 % des cas, mais nous avons porté ce diagnostic chez deux sujets de plus de 80 ans. Si l’on se réfère à la classification du consensus français de 2008, 71 % des patients pouvaient initialement être classés en DS typiques car le déficit sémantique était multimodal et isolé, 11 % en DS atypiques du fait d’une atteinte sémantique verbale pure et 18 % en DS atypiques du fait de l’existence de discrets troubles extralinguistiques. Deux ans plus tard, les 6 DS verbales pures étaient devenues multimodales et 28,5 % des DS typiques présentaient des perturbations extralinguistiques. Même si elle est souvent considérée comme un sous-type d’aphasie progressive, le trouble sémantique va au-delà d’un simple trouble linguistique dans la majorité des cas de DS.