John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Quel impact de la congélation ovocytaire par vitrification sur l’épigénétique ? Volume 21, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2019

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 CHU Dijon Bourgogne, laboratoire de biologie de la reproduction, Cecos, Dijon, France
2 CHU Dijon Bourgogne, gynécologie-obstétrique, Dijon, France
* Tirés à part

Les enfants conçus par les technologies d’assistance médicale à la procréation (AMP) ont un risque modéré de présenter un certain nombre d’effets indésirables et de pathologies. Il n’est toujours pas établi si ce risque supplémentaire est associé à des procédures spécifiques utilisées en AMP ou aux facteurs biologiques intrinsèques rattachés à l’infertilité. L’une des principales hypothèses est que les procédures de laboratoire pourraient avoir une action sur l’épigénome des gamètes et de l’embryon. Cette suspicion est liée au fait que les procédures d’AMP interviennent précisément pendant la période où de grands remaniements se produisent au niveau de l’organisation de cet épigénome. Cet article présente les travaux qui ont étudié l’impact de la congélation ovocytaire par vitrification sur la régulation épigénétique.