John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie

Insuffisance ovarienne prématurée : les traitements hormonaux substitutifs Volume 19, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2017

Auteurs
1 Service d’endocrinologie,
hôpital Saint-Antoine,
AP-HP, 75012 Paris,
France
2 Inserm U1185,
faculté de médecine Paris-Sud,
63 rue Gabriel-Péri 94 276 Le Kremlin-Bicêtre,
France
3 Inserm U933,
faculté Pierre-et-Marie-Curie,
UPMC, 75012 Paris, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : insuffisance ovarienne prématurée, traitement hormonal substitutif, œstrogènes, pilule œstroprogestative
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0639
  • Page(s) : 68-76
  • Année de parution : 2017

Les femmes atteintes d’insuffisance ovarienne prématurée nécessitent un traitement hormonal substitutif (THS) comportant des œstrogènes à poursuivre au moins jusqu’à l’âge physiologique de la ménopause. Ce traitement permet d’éviter les complications liées à la carence œstrogénique, notamment osseuses et cardiovasculaires. Dans cet article, seront présentées les différentes molécules disponibles et leurs voies d’administration ainsi que les risques et bénéfices de ces différents types de traitements. Les avantages et les inconvénients d’un THS non contraceptif versus la prise d’une contraception œstroprogestative seront discutés. Le problème essentiel reste celui de l’observance du traitement. Les données concernant le traitement hormonal de la ménopause ne doivent pas être extrapolées au THS administré chez les femmes jeunes.