John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Tubulopathie pseudo-myélomateuse et dépôts de chaînes légères au cours du lymphome lymphoplasmocytaire de bas grade/maladie de Waldenström Volume 18, numéro 4, Juillet-Août 2012

Auteurs
Institut de pathologie, centre de biologie pathologie, CHRU Lille, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille Cedex, Service des maladies du sang, hôpital Huriez, CHRU Lille, Service de néphrologie, hôpital Huriez, CHRU Lille, Service de biochimie, CHRU Lille, Service de néphrologie, centre hospitalier de Douai

La macroglobulinémie de Waldenström (MW, ou lymphome lymphoplasmocytaire) est une prolifération lymphoplasmocytaire rare envahissant la moelle osseuse associée à la présence d’une immunoglobine M (IgM) monoclonale sérique. L’atteinte rénale, rare au cours de la maladie de Waldenström, est classiquement glomérulaire : glomérulopathie membranoproliférative associée à une cryoglobulinémie, dépôts intracapillaires monoclonaux d’IgM ou amylose AL. L’infiltration interstitielle par la prolifération lymphomateuse est également une présentation classique de la MW. À l’inverse, l’atteinte tubulaire comparable à celle observée au cours de la tubulopathie myélomateuse ou les maladies à dépôts non amyloïdes de chaînes légères monoclonales de type Randall sont exceptionnellement observées. Nous rapportons trois cas d’atteinte rénale particulière au cours de la MW, associant tubulopathie « pseudo-myélomateuse » et dépôts de type Randall, qui semblerait liée à un pronostic rénal plus défavorable.