John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Cellules T à récepteur antigénique chimérique : pour qui et comment ? Volume 26, supplément 5, Septembre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
1 Service des maladies du sang, CHU Angers, France
2 Hématologie clinique, hémato-oncologie, hôpital Saint Louis, APHP, Paris, France
* Tirés à part

L’utilisation des cellules T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T) anti-CD19 dans les hémopathies B – en particulier dans les leucémies aiguës lymphoblastiques B (LAL-B) et les lymphomes diffus à grandes cellules B (LBDGC) en rechute ou réfractaires – est croissante. De ce fait, la connaissance des indications, des contre-indications et des critères d’éligibilité est fondamentale afin d’optimiser l’utilisation de cette thérapeutique innovante. Le parcours de soin des patients et leur adressage dans des centres CAR-T sont désormais effectifs. Une collaboration étroite entre le centre d’origine du patient et le centre référent CAR-T est la clef d’une bonne prise en charge. Entre l’inclusion du patient dans la procédure CAR-T et la réinjection, le patient a souvent besoin d’une chimiothérapie d’attente. Nous détaillerons dans cet article les modalités pratiques d’arrêt des différents agents antinéoplasiques et immunosuppresseurs avant cytaphérèse et avant réinjection. L’information au patient est donnée de façon pluridisciplinaire, par les médecins mais aussi par un infirmier de coordination, sur le bénéfice, les effets indésirables et les modalités pratiques. Récemment, des groupes d’experts ont proposé des algorithmes thérapeutiques pour les deux toxicités les plus fréquentes : le syndrome de relargage cytokinique et la toxicité neurologique centrale, permettant ainsi d’harmoniser les pratiques des différents centres CAR-T. Nous aborderons également d’autres complications : les cytopénies, l’hypogammaglobulinémie et les infections. La pluridisciplinarité est la règle, avec l’implication des hématologues, des réanimateurs, des infectiologues, des neurologues, des neuropsychologues, des biologistes, des médecins nucléaires, des radiologues, des pharmaciens, des médecins du centre d’aphérèse et des coordinateurs. La rédaction de procédures de prise en charge de ces complications et des interactions entre ces différents professionnels fait partie intégrante du dossier d’accréditation des centres CAR-T.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International