John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

Les applications antibactériennes des bactériophages Volume 24, numéro 1, Janvier-Février 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
Le Réseau Bactériophage Francea
1 Centre national de la recherche scientifique, Aix-Marseille Université, Institut de microbiologie de la Méditerranée, UMR7283, Laboratoire de chimie bactérienne, 31 chemin Joseph Aiguier, 13402 Marseille Cedex 9, France
2 Université Paris-Sud, Université, Paris-Saclay, Institut de biologie intégrative de la cellule, UMR 9198 CEA, CNRS, Bât 430, Université Paris-Sud,
91405 Orsay cedex, France
3 Université de Bordeaux, Centre national de la recherche scientifique, Sciences Po., Centre Émile-Durkheim, UMR5116, 11 allée Ausone,
33607 Pessac cedex, France
4 Institut Pasteur, Département de microbiologie, 25-28 rue Dr Roux,
75015 Paris, France
5 Centre hospitalier René-Dubos, Service de réanimation médico-chirurgicale, 6, avenue de l’Île-de-France, 95300 Pontoise, France
6 Centre national de la recherche scientifique, Institut de recherche pour le développement, UMR 5290 « Maladies infectieuses & vecteurs : écologie, génétique évolution et contrôle (Mivegec) », 911 avenue Agropolis, BP 64501, 34394 Montpellier cedex 5, France
7 CEFE, Université de Montpellier, CNRS, EPHE, IRD, Université Paul Valéry Montpellier 3, 1919 route de Mende, 34293 Montpellier cedex 5, France
8 EA4577 Université Bordeaux - Bordeaux INP, Institut des Sciences de la vigne et du vin (ISVV), 210 chemin de Leysotte, 33140 Villenave-d’Ornon, France
9 Université Paris-Saclay, Inrae, Agroparitech, Micalis, UMR1319, Bat 442, Domaine de Vilvert, 78350 Jouy-en-Josas, France
10 Institut Pasteur, CNRS, UMR3525, Microbial Evolutionary Genomics, 25-28 rue Dr Roux, 75015 Paris, France
11 Unité de Recherches de Pathologie Végétale, UR407, Inrae PACA, 67 allée des Chênes CS 60094, Domaine Saint-Maurice, F84143 Montfavet cedex, France
* Correspondance
a Le Réseau Bactériophage France regroupe des scientifiques, médecins, vétérinaires, pharmaciens et industriels qui étudient les bactériophages. Ce réseau est soutenu par l’Institut des Sciences Biologiques (INSB) et l’Institut Écologie et Environnement (INEE) du CNRS. L’ensemble des auteurs sont membres de ce réseau et le représentent.

Dès 1917, dans l’article où il décrit ses premières observations et propose le nom de bactériophage, Félix d’Hérelle rapporte une première utilisation de ces virus pour traiter des infections bactériennes, donnant ainsi naissance à la phagothérapie. Le développement de cette application a montré qu’il était possible de mettre en place des traitements ciblant spécifiquement les bactéries, tels que ceux basés sur l’utilisation d’antibiotiques. Ces derniers, de par leur très grande efficacité et simplicité d’utilisation, ont provoqué le quasi-abandon de la phagothérapie. Aujourd’hui, un nombre croissant de bactéries pathogènes pour l’homme présente des phénotypes de résistance à plusieurs familles d’antibiotiques. Les infections causées par ces bactéries imposent l’utilisation de molécules au spectre d’activité toujours plus large et placent certains patients en situation d’impasse thérapeutique. Cet état de fait a relancé les recherches pour permettre le déploiement de la phagothérapie afin de traiter des patients mais aussi des animaux et des plantes. En fait, les domaines d’applications thérapeutiques des bactériophages s’élargissent au fur et à mesure que les agents antibactériens de nature chimique sont remis en cause, voire interdits. Cette revue revient sur les principes fondamentaux des applications thérapeutiques des bactériophages et expose les données récentes dans les domaines pour lesquels une exploitation commerciale est en cours ou sur le point d’émerger.