JLE

Virologie

MENU

Les anticorps IgA contre le VIH-1 Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

  • Figure 3.

  • Figure 4.

Tableaux

Auteurs
1 Institut Pasteur, Université Paris Cité, Inserm U1222, Unité d’Immunologie humorale, F-75015 Paris, France
* Correspondance : H. Mouquet

Les anticorps, et notamment les immunoglobulines A (IgA), jouent un rôle primordial dans les tissus muqueux en tant qu’effecteurs immunitaires contre les agents pathogènes et qu’immunomodulateurs du microbiote. Lors d’une infection par le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), une réponse anticorps IgA systémique et muqueuse est déclenchée. Bien que les IgA sériques spécifiques de la protéine d’enveloppe du VIH-1 produites naturellement soient quantitativement et qualitativement plus faibles que leurs homologues IgG, elles possèdent également des propriétés antivirales telles que la neutralisation et les fonctions effectrices dépendantes du fragment Fc des anticorps. Les IgA neutralisantes peuvent bloquer la transmission muqueuse du VIH-1 dans des modèles animaux, indiquant que leur production par vaccination serait un élément important pour prévenir l’infection. Les premiers anticorps neutralisants à large spectre de classe IgA ont été identifiés très récemment chez certains individus vivant avec le VIH-1. Puisque l’induction par vaccination de ce type d’anticorps, potentiellement protecteur au niveau muqueux, est concevable, des efforts de recherche doivent donc être entrepris pour mieux comprendre leur développement et leurs fonctions. Dans cette revue, nous présentons les fonctions générales des anticorps IgA dans l’homéostasie et l’immunité antimicrobienne, et discutons leurs implications dans les réponses anticorps lors de l’infection par le VIH-1.